• frères Dubé (Quinn, Jan et Liam) le Prix de bâtisseur de la Ville

    Le maire Jim Watson et le conseiller de quartier Rainer Bloess ont remis aujourd’hui le Prix de bâtisseur de la Ville aux frères Dubé (Quinn, Jan et Liam) pour souligner leur réussite dans l’industrie de la musique, leurs activités philanthropiques et leur rôle en tant que source d’inspiration auprès des jeunes, les incitant à se servir de leur créativité et de leur passion pour changer le monde.

    Le parcours musical de Quinn, Jan et Liam a commencé en 2006, alors qu’ils n’étaient âgés que de six, huit et dix ans. Leur mère souffrait d’un cancer, et pour lui remonter le moral, ils interprétaient ses chansons préférées et publiaient ensuite ces extraits sur YouTube. Après le décès de leur mère en 2008, les garçons ont commencé à chanter dans les rues d’Ottawa pour inspirer les gens avec leur histoire et leur talent exceptionnel. Les trois frères ont rapidement été surnommés la « formation rock la plus jeune du Canada » et sont devenus des philanthropes et des activistes sociaux engagés. Grâce à des spectacles extraordinaires, ils ont amassé plus de 150 000 $ pour différentes causes auxquelles ils s’identifient, notamment celle des orphelins d’Haïti, leur réalisation la plus remarquée.

    Les frères Dubé produisent maintenant leurs propres spectacles de musique rock, qui attirent des milliers de personnes. Ils participent aussi à certains des festivals de musique les plus importants et les plus courus, notamment le Bluesfest, Osheaga et le festival POP Montréal. Leur musique a également pu être entendue dans certaines émissions de télévision canadiennes primées, notamment Degrassi.

    Ces trois jeunes musiciens extrêmement talentueux ont reçu plusieurs distinctions pour leurs activités communautaires et de bienfaisance, notamment le Prix de bâtisseur communautaire de l’année de Centraide (en 2011), le Trophée « Cœur en Or », une mention élogieuse du premier ministre du Canada, et une mise en candidature pour le jubilé de diamant de la reine et le Prix du Gouverneur général.

    13f-254___044

  • Mark O’Neill le Prix de bâtisseur de la Ville

    Le maire Jim Watson et le conseiller municipal Doug Thompson ont remis aujourd’hui le Prix de bâtisseur de la Ville à Mark O’Neill pour les services exceptionnels qu’il a rendus à la collectivité et pour son travail de sensibilisation ayant conduit à la mise en place du service911, numéro de téléphone d’urgence universel, du système de paramédics de soins avancés et de la formation obligatoire en RCR dans les écoles locales.

    Le 22 juin 2013 marque le 25e anniversaire du service911 à Ottawa et dans la région de la capitale nationale. Auparavant, les résidents devaient se débrouiller avec 27 numéros d’appel d’urgence.

    En 1984, alors qu’il avait 21 ans, qu’il étudiait les sciences politiques à l’Université Carleton et qu’il faisait de l’action communautaire, Mark O’Neill s’est joint au docteur Justin Maloney, de l’Hôpital Général d’Ottawa, et au frère de celui-ci, Mark, ainsi qu’à Geri Migicovsky pour former Action911, organisme local qui n’avait qu’un seul but: convaincre les dirigeants locaux de doter la région de la capitale d’un système911.

    Au cours des quatre années qui ont suivi, le groupe a gagné l’appui de la population et, le 22 juin 1988, le système911 prenait son premier appel. En 2012, le centre d’appels911 a répondu à 290976 demandes de services urgentes.

    En 1993, M.O’Neill a encore une fois contribué à lancer une campagne de sensibilisation, appelée Action Paramedic, qui visait à faire pression sur le ministère de la Santé de l’Ontario afin qu’il augmente les compétences des ambulanciers pour en faire des paramédics de soins avancés, de façon à assurer des soins du niveau de ceux prodigués dans les hôpitaux sur le site même des interventions d’urgence et à sauver ainsi davantage de vies.

    Un des membres d’Action Paramedic était Dalton McGuinty, qui était alors député provincial d’Ottawa-Sud. Il y a cinq ans, en sa qualité de premier ministre de l’Ontario, il a parlé en ces termes du succès d’Action Paramedic:

    «Voilà qui en dit long sur le pouvoir d’une collectivité», a-t-il déclaré, ajoutant que l’expérience qu’il avait vécue au sein de l’organisme Action Paramedic avait contribué à la décision du gouvernement provincial d’implanter la formation en RCR dans les écoles secondaires en 1994 et au lancement à Ottawa du programme pilote d’installation de défibrillateurs dans les écoles. «Tout a débuté en raison de l’expérience que nous avions acquise au niveau local à Ottawa.»

    Les paramédics sont devenus la norme à Ottawa en 1994, à la suite d’une étude qui a mené à l’approbation des paramédics non seulement pour Ottawa, mais aussi pour 12 autres municipalités de l’Ontario.

    Un projet de RCR a incité le gouvernement de l’Ontario à faire de la formation en RCR un élément du curriculum à l’échelle de la province en 1999.

    M.O’Neill a affirmé n’avoir jamais oublié les leçons qu’il a tirées du travail accompli au sein d’Action911 et d’Action Paramedic: «Si la cause est bonne, un petit groupe de citoyens responsables peut réellement exercer une énorme influence.»

    Aujourd’hui, M.O’Neill est président-directeur général de la Société du Musée canadien des civilisations, qui comprend le Musée canadien de la guerre.

    Tout au long de sa carrière, M.O’Neill a été un bénévole enthousiaste et dévoué. Il est membre du Club Kiwanis d’Ottawa, dont il est le secrétaire-trésorier depuis 2011. Il s’implique activement dans sa paroisse, St. John the Evangelist, à Osgoode, depuis 1998.

    En 2012, il a reçu la Médaille du jubilé de diamant pour son engagement auprès des Amis du Musée canadien de la guerre.

    13f-238___047