• Jean Séguin le Prix de bâtisseur de la ville

    Le maire suppléant Bob Monette et le conseiller Stephen Blais ont remis aujourd’hui à Jean Séguin le Prix de bâtisseur de la ville décerné par le maire, pour ses nombreuses années de leadership et ses multiples contributions bénévoles à la population de Vars.

    De 2006 à 2009, il a été à la tête de la participation de Vars à un projet pilote de la Ville, l’Initiative de planification du voisinage. Parmi les programmes et projets en cours à Vars, nombreux sont ceux qui découlent du plan communautaire élaboré durant ce processus.

    Président sortant de l’Association communautaire de Vars et moteur infatigable de sa communauté, M. Séguin consacre son temps et ses talents diplomatiques à des initiatives et projets tels que le Marchémobile, le programme de camps d’été pour jeunes de Vars, la patinoire locale, le jardin communautaire, la restauration du cénotaphe et la cérémonie d’illumination du sapin de Noël du village, au son de chants entonnés en chœur.

    Il travaille auprès de paroisses anglicanes et catholiques et d’organismes de services francophones et anglophones; il collabore avec des partenaires financiers du secteur privé et de tous les ordres de gouvernement et, à vrai dire, avec toute personne prête à faire avancer les projets prioritaires dont profitera la communauté. En 2016, cela fera 130 ans que Vars figure sur la carte et M. Séguin s’attelle à la tâche de rédiger une histoire de la communauté, tout en attirant l’attention des parties prenantes sur l’avenir prometteur qui attend le village.

    jeancitybuilder

  • Le Collège Algonquin adopte le U-Pass, auquel adhèrent maintenant 71 000 étudiants

    Aujourd’hui, OC Transpo, le Collège Algonquin et les représentants de l’Association des étudiants du Collège Algonquin ont signé une entente d’adhésion au programme des Laissez-passer universels (U-Pass). Le Collège Algonquin est le quatrième établissement postsecondaire de la région à adopter le U-Pass, ce qui fait du U-Pass d’Ottawa l’un des programmes les plus importants et les plus fructueux du genre au Canada avec 71 000 adhérents.

    « Nous sommes fiers de travailler avec les étudiants du collège et des universités afin de rendre le transport en commun plus abordable et plus accessible, explique le maire Jim Watson. Grâce au programme U-Pass et aux investissements comme celui du train léger sur rail, le transport en commun pour étudiants continuera à s’améliorer au fil des ans. »

    À compter de septembre prochain, environ 16 000 étudiants admissibles du Collège Algonquin paieront des frais accessoires de 192,70 $ par session pour obtenir le Laissez-passer universel, comparativement aux coûts d’un laissez-passer pour adulte qui s’élève à 403 $ (circuits réguliers) ou à 497 $ (circuits réguliers et express) pour quatre mois.

    « Nous sommes ravis d’accueillir les étudiants du Collège Algonquin au programme U-Pass, qui offre d’importantes économies aux usagers du transport en commun, déclare le président de la Commission du transport en commun d’Ottawa, le conseiller Stephen Blais. Le transport en commun est un moyen pratique et durable sur le plan de l’environnement pour les étudiants qui se rendent à leurs cours chaque jour, et nous espérons que le programme du Laissez-passer universel incitera encore plus d’étudiants du Collège Algonquin à adopter les services d’OC Transpo au quotidien. »

    Le Collège Algonquin sera très bien desservi après les travaux de la Phase 2 du projet de construction du train léger sur rail, avec la station Baseline. À partir de cet emplacement, les étudiants et les autres résidents du secteur Ouest pourront prendre la Ligne de la Confédération de l’O-Train pour se rendre jusqu’au centre-ville et même jusqu’à Place d’Orléans, dans l’est de la ville. La Phase 2 du projet comprend 30 kilomètres de rail et 19 nouvelles stations et permettra de relier les trois plus grands établissements postsecondaires d’Ottawa par rail.

    « Au Collège Algonquin, notre priorité numéro un demeure la réussite des étudiants, explique Cheryl Jensen, présidente du Collège Algonquin. Le fait d’offrir un moyen de transport fiable et sécuritaire à nos étudiants leur permettra de se déplacer jusqu’au Collège et dans toute la ville et ce sera pour eux une préoccupation de moins dans leur session chargée. Les villes et les établissements postsecondaires avant-gardistes comprennent toute l’importance que revêt cette entente. »

    « Je tiens à remercier les étudiants du Collège Algonquin qui ont voté et qui ont fait preuve de patience tout au long de ce processus, déclare Christina Miller, présidente de l’Association des étudiants du Collège Algonquin. Je vous remercie de votre soutien. Le Laissez-passer universel est enfin accessible! »

    Les étudiants admissibles de l’Université Carleton, de l’Université d’Ottawa et de l’Université Saint-Paul ont déjà leurs Laissez-passer universels qui sont en vigueur au cours des sessions d’automne et d’hiver. Au total cet automne, 71 000 étudiants du collège et des universités recevront un Laissez-passer universel compris dans les frais accessoires des étudiants.

  • Blogue: 100 jours

    J’aimerais tout d’abord remercier les résidents d’Ottawa qui m’ont transmis leurs vœux de prompt rétablissement au cours des dernières semaines. Il n’est pas facile pour moi de devoir demeurer à l’écart de l’hôtel de ville pendant ma convalescence, mais les appels téléphoniques, les lettres, les courriels, les messages sur Twitter et Facebook ainsi que les bons mots ont été très encourageants.

    Malgré mon absence, le Conseil poursuit son travail, et je suis heureux de constater que nous avons maintenant franchi le cap des 100 jours depuis notre entrée en fonction.

    En novembre, les étudiants au Collège Algonquin ont choisi d’adhérer au U-Pass d’OC Transpo, créant par le fait même l’un des programmes U-Pass les plus importants et inclusifs au Canada.

    En décembre, le Conseil a donné suite à deux de mes engagements électoraux liés à la gouvernance en élevant le Comité de la vérification au rang de comité permanent et en établissant le poste de commissaire aux sports.

    Lors de ces démarches, comme dans d’autres, j’ai trouvé une source d’encouragement dans le ton constructif, empreint d’un esprit de collaboration, qui régnait à la table du Conseil. Ensemble, nous veillons à ce que la vie demeure abordable en faisant les investissements nécessaires pour répondre aux besoins de la communauté et pour qu’Ottawa reste le meilleur endroit où vivre, élever une famille et faire croître une entreprise.

    Pour cela, il faut que le régime fiscal soit prévisible. À cet égard, je suis fier d’avoir tenu, pour le budget de 2015 adopté récemment, ma promesse électorale voulant que les changements aux taux d’imposition soient d’une ampleur réduite. Ce budget assure le maintien de notre stabilité financière tout en donnant une impulsion à des projets structurants et très importants, comme ceux du train léger, de la revitalisation de la Cour des arts et du Centre d’innovation Bayview.

    La principale priorité de mon deuxième mandat demeure notre réseau de train léger. Or, deux étapes importantes ont été franchies au cours de ces 100 premiers jours : nous avons inauguré le nouveau pont pour piétons et cyclistes près du chemin Coventry et nous avons dévoilé une maquette du train léger au pavillon Aberdeen. Le pont permettra aux résidents d’Overbrook d’avoir accès à la future station Tremblay du train léger, tandis que la maquette donne aux résidents un aperçu de ce que nous réserve l’avenir du transport en commun à Ottawa. Je suis d’ailleurs heureux de signaler que la construction de la Ligne de la Confédération se poursuit dans le respect du calendrier et du budget, et que les évaluations environnementales pour l’Étape 2 se poursuivent.

    Au sujet de l’Étape 2, le Groupe de travail sur le train léger, qui s’était donné 100 jours pour en arriver à une solution concernant le prolongement du réseau vers l’ouest, a fait savoir la semaine dernière qu’il s’était entendu sur un tracé. À la fois abordable et pragmatique, ce tracé répondra aux besoins des résidents d’Ottawa tout en assurant un meilleur accès à la rivière des Outaouais. Je veux remercier les membres du Groupe de travail des 100 jours de même que le ministre Pierre Poilievre pour leur travail acharné et leur dévouement à ce projet.

    Pour ce qui est des prochaines semaines, je signale que le 31 mars, la Ville sera l’hôte d’une importante séance d’engagement du public au sujet d’une nouvelle bibliothèque centrale. Plus tard cette année, les intervenants des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie se réuniront à l’hôtel de ville pour un sommet sur le tourisme, qui constitue un autre de mes engagements électoraux.

    Au cours des prochains mois, je souhaite collaborer avec mes collègues afin d’établir les priorités pour le mandat du Conseil. J’insisterai pour que le développement économique, la sécurité routière et le logement abordable soient au cœur de ces priorités.

    Notre mandat a très bien débuté, et je suis convaincu qu’ensemble, nous bâtirons une ville encore plus agréable, accueillante, dynamique et prospère au cours des quatre prochaines années.

  • Le Conseil municipal approuve le budget de 2015

    Ottawa – Aujourd’hui, le Conseil municipal a approuvé les budgets de fonctionnement et d’immobilisations de 2015, dans lesquels il fixe un plafond de 2 % sur les augmentations d’impôt foncier résidentiel et fait avancer d’importants projets de développement de la ville, dont les projets de train léger, de la Cour des arts et du Centre d’innovation dans les cours Bayview.

    « Ce budget permettra à Ottawa de poursuivre les importantes initiatives de la région qui vont déjà bon train et qui assoient sa réputation de ville progressiste, florissante et en pleine croissance, a expliqué le maire Jim Watson. La nouvelle stratégie de prévention du crime et l’ajout de logements abordables sont aussi au cœur de ce budget. »

    Le budget de 2015 prévoit des investissements dans le logement abordable, les installations communautaires et la prévention du crime, tout en gardant les taxes et les frais d’utilisation à un niveau raisonnable. L’augmentation des tarifs de transport en commun est limitée à 2,5 %, et celle des tarifs liés aux loisirs, à 2 %. Les frais de collecte des ordures sont gelés pour une troisième année consécutive.

    « Nous avons réussi à atteindre l’équilibre entre les intérêts et souhaits concurrents dans le budget de 2015 tout en assurant la prestation des services»

    Le budget de 2015 prévoit d’importants investissements qui renforcent la réputation d’Ottawa en tant que ville conviviale pour les résidents et les entreprises.

    Une ville bienveillante

     – Financer une stratégie de prévention du crime et des activités liées aux bandes de rue.

     – Augmenter le financement destiné à l’entretien des actifs de la Société de logement communautaire d’Ottawa.

     – Consolider et améliorer le financement du Programme de brigadiers scolaires.

     – Accorder du financement pour la commémoration des victimes du tragique accident de train et d’autobus de septembre 2013.

     – Faire participer la Ville au renouvellement de l’événement Fierté dans la capitale.

    Une ville durable

     – Soutenir le Plan sur le cyclisme d’Ottawa de 2013 pour agrandir et améliorer le réseau de voies cyclables et de sentiers polyvalents dans l’ensemble de la ville afin de faire du vélo un mode de transport sécuritaire et pratique pour les résidents.

     – Faire avancer le Plan d’action de la rivière des Outaouais en construisant le tunnel de stockage des égouts unitaires et en mettant la dernière main au financement attendu des partenaires fédéraux pour égaler les investissements dans cette initiative de la Ville et du gouvernement provincial.

     – Augmenter de 125 000 dollars les fonds attribués à la plantation d’arbres, qui s’établiront à 1,3 million de dollars.

    Une ville prospère

     – Moderniser le réseau de transport en commun d’Ottawa grâce à la mise en œuvre du réseau de train léger sur rail (étapes 1 et 2).

     – Poursuivre la construction de la Ligne de la Confédération, la ligne de transport en commun par train léger sur rail reliant la station Blair à la station Tunney’s Pasture, qui constitue l’épine dorsale du réseau de train léger planifié par la Ville.

     – Préparer la transition entre la construction de la Ligne de la Confédération et sa mise en service complète en 2018.

     – Lancer le prolongement du Transitway Ouest pendant que la Ville poursuit ses recherches de financement pour la mise en œuvre de l’étape 2 du réseau de transport en commun par train léger sur rail, qui s’étendra vers l’est, l’ouest et le sud de la ville.

    Une ville abordable

     – Limiter à 6 % l’augmentation des frais pour les services d’aqueduc et d’égout financés par les redevances, comme il a été approuvé dans le dernier Plan financier à long terme.

     – Geler les frais de collecte des ordures pour une troisième année consécutive.

     – Limiter l’augmentation moyenne des tarifs d’OC Transpo à 2,5 % tout en investissant 4,2 millions de dollars pour de nouveaux services améliorés, y compris l’accroissement du nombre de circuits d’autobus et l’ajout de quelque 5 700 déplacements pour le service de Para Transpo.

     – Réduire l’effectif municipal de 20 postes équivalents temps plein (ETP), à l’exclusion des Services de police d’Ottawa.

    Pour en savoir plus sur le budget, consultez ottawa.ca/budget2015.

  • Recommandation portant sur le corridor (Ouest) du TLR

    Je vous écris pour vous tenir au courant des travaux du groupe de travail collaboratif de la Commission de la capitale nationale (CCN) et de la Ville d’Ottawa sur le couloir ouest du train léger sur rail (TLR).

    J’ai le plaisir de vous informer que nous avons conclu une entente de principe, qui a été annoncée aujourd’hui lors d’une conférence de presse commune avec la CCN.

    L’entente répond à tous les critères définis par la Ville dans son Plan directeur des transports, qui a été adopté à l’unanimité, et respecte son plan en matière d’abordabilité. Elle nous permettra de plus d’honorer notre engagement à protéger le parc linéaire Byron et le pré Rochester, comme nous le promettons depuis longtemps à la communauté, tout en améliorant l’accès à la rive.

    Mise en contexte

    À la fin du mois de novembre 2014, j’ai rencontré le ministre John Baird pour parler de la deuxième phase de notre projet de train léger sur rail : nous avions alors eu une discussion très constructive sur le sujet. Nous avions convenu de tenir un dialogue de 100 jours entre la Ville et la CCN dans le but de trouver une solution satisfaisante pour nos deux organisations dans le dossier du prolongement de la Ligne de la Confédération vers l’ouest entre les avenues Dominion et Cleary.

    En décembre, la Ville et la CCN ont mis sur pied un groupe de travail collaboratif devant se pencher sur le sujet. Les représentants de la Ville étaient Keith Egli, président du Comité des transports, Stephen Blais, président de la Commission du transport en commun, Mark Taylor, conseiller de quartier du quartier Baie et maire suppléant, et Kent Kirkpatrick, directeur municipal.

    J’aimerais remercier les conseillers Egli, Blais et Taylor pour leur travail assidu de concert avec notre directeur municipal et nos partenaires de la CCN. C’est grâce à une bonne dose d’expertise technique et en matière d’urbanisme que nous avons réussi à mener à bien le processus très intense d’examen du projet et à obtenir aujourd’hui un résultat historique.

    Je souhaite aussi remercier le ministre Pierre Poilievre pour son leadership. Bien qu’il ait été nommé ministre responsable de la CCN au cours du processus, il a su amener à notre important partenariat le même ton positif que son prédécesseur.

    La solution

    Le groupe de travail a proposé une solution qui nous permettrait de faire entièrement passer le prolongement du couloir ouest du train léger sur rail sous les couloirs modifiés de la promenade Sir John A. Macdonald entre les stations des avenues Dominion et Cleary. Vous serez heureux d’apprendre que cette solution respecte l’enveloppe budgétaire de ce projet de la Ville.

    Cette solution présente de nombreux avantages pour la Ville, la CCN, les résidents, et même l’ensemble des Canadiens :

    – Protection du parc linéaire Byron et du pré Rochester;
    – Incidence visuelle minimale sur le paysage et sur l’utilisation du couloir par les passants;
    – Accès continu aux terrains du couloir et augmentation de 38 % de la superficie utilisable de l’espace vert sur le rivage;
    – Amélioration de l’accès piéton et cycliste grâce à l’ajout de deux nouveaux passages sous la promenade Sir John A. Macdonald;
    – Conservation et amélioration de la forêt mature, des terrains et de l’aménagement paysager;
    – Réduction à long terme de près de 500 000 trajets en autobus sur la promenade Sir John A. Macdonald.

    Ces principaux éléments s’ajoutent aux avantages à l’échelle de la ville de la phase 2 du projet de train léger, un projet d’envergure qui comprend 30 kilomètres de rails et 19 nouvelles stations. Nous comptons lancer cette initiative de calibre international en 2018, dès que la Ligne de la Confédération sera en service, ce qui nous permettra de réduire les temps de déplacement, d’améliorer la qualité de l’air et de renforcer notre économie.

    Le circuit recommandé serait un complément idéal à la vision de la CCN, qui s’est donné pour objectif de créer un parc linéaire d’importance nationale sur les rives.

    Prochaines étapes

    Les résidents pourront faire part de leurs commentaires lors d’activités de sensibilisation du public prévues dans le cadre du processus d’évaluation environnementale du prolongement vers l’ouest de la ligne de train léger de la Confédération :

    Lundi 30 mars
    Soir (heure à venir)
    Hôtel de ville d’Ottawa
    Place-Jean-Pigott

    Durant cette réunion portes ouvertes, la solution issue du dialogue de 100 jours du groupe de travail, qui vise les stations des avenues Dominion et Cleary.

    La CCN discutera de la solution et des résultats de la séance de consultation publique lors de la réunion de son conseil d’administration en avril prochain.

    Le Comité des transports et le Conseil pourront passer en revue en juin les résultats des processus d’évaluation environnementale des projets de la phase 2, y compris le prolongement vers l’ouest de la Ligne de la Confédération. Le rapport d’évaluation environnementale recommandera des tracés pour chacun des couloirs; établis en fonction d’un examen technique et des résultats des séances de consultation publique sur ces prolongements.

    Les documents présentés aujourd’hui, y compris la carte du tracé proposé, se trouvent sur la page ottawa.ca/etape2.