• Albert Tang reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Albert Tang a reçu aujourd’hui le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire, lors de la réunion du Conseil municipal. Le prix lui a été remis par le maire Jim Watson et la conseillère du quartier Gloucester-Southgate, Diane Deans.

    Il y a plus de 40 ans, le jeune Albert Tang quittait Hong Kong pour s’établir au Canada, désireux de se bâtir un avenir dans son pays de prédilection. Avec détermination, il a travaillé comme serveur dans divers restaurants, jusqu’au jour où il a ouvert le sien sur la rue Somerset. Le succès de son établissement est venu confirmer sa pleine intégration. Il tient depuis à aider d’autres nouveaux arrivants à recevoir le soutien nécessaire pour bien s’établir au Canada, dont il partage les valeurs.

    Membre actif et figure de proue de la communauté chinoise d’Ottawa, M. Tang a siégé au conseil de la Chinese Community Association et de la Chinese Building Association, en plus d’avoir été membre de la Free Mason Association, organismes qui ont tous contribué à l’intégration sociale des immigrants chinois. M. Tang jouit d’une telle renommée dans la communauté qu’en raison de sa participation au comité consultatif de production d’un ouvrage traitant de l’établissement des immigrants chinois au Canada, l’Ottawa Chinese Community Services Centre (OCCSC) a demandé une subvention pour sa publication. Ce livre, écrit par Denise Chong, est maintenant disponible dans les bibliothèques, les écoles et les événements grand public.

    À titre d’homme d’affaires et de leader de la communauté, M. Tang comprend bien l’importance d’établir des liens durables avec la Chine. Il se réjouit toujours de visiter ce pays afin d’y rencontrer des gens qui, comme lui, ont à cœur de promouvoir la bonne entente internationale et de créer des occasions d’affaires. Il a également pris part à la planification et à la construction de la porte d’entrée du quartier chinois, pour laquelle il a déniché le constructeur chinois qui a réalisé l’œuvre.

  • Les bénévoles d’Ottawa 2017 reçoivent le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Ottawa – Le maire Jim Watson, accompagné des conseillers Mathieu Fleury et Jean Cloutier, a rendu hommage aux bénévoles d’Ottawa 2017 lors de la réunion du Conseil municipal d’aujourd’hui en leur remettant le Prix de bâtisseur de la Ville.

    Ottawa 2017 compte plus de 2 500 bénévoles, et le prix vise à reconnaître le dévouement de tous ceux qui ont donné de leur temps au cours des 12 derniers mois. Au total, plus de 25 000 heures de bénévolat ont été enregistrées cette année à l’occasion de plus de 100 événements, dont le Red Bull Crashed Ice, les prix JUNO, le Village de l’inspiration, l’expérience Kontinuum, le théâtre de rue La Machine, la Tablée du Canada, Ottawa accueille le monde et Mìwàte.

    Les bénévoles d’Ottawa 2017 ont incarné sans relâche des qualités exemplaires telles que la force, l’esprit d’initiative, la bienveillance, l’hospitalité, le leadership et l’esprit d’équipe. Sans eux, Ottawa 2017 n’aurait pas vu le jour. Ils ont fait preuve de dévouement et ont gardé le sourire pendant de longues heures de travail à l’extérieur, par des températures oscillant entre -30 °C lors du Red Bull Crashed Ice et plus de 30 °C durant les journées de 14 heures de l’événement La Machine.

    Ces bénévoles ont su inspirer tous ceux qui les ont côtoyés, de l’équipe d’Ottawa 2017 aux millions de touristes qui ont visité la ville au cours de l’année. Ils ont donné un nouveau sens au bénévolat, et leur contribution aura des échos des années durant.

  • Don Winchester reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Aujourd’hui, le maire Jim Watson, la conseillère de Barrhaven, Jan Harder, ainsi que le conseiller de Gloucester-Nepean-Sud, Michael Qaqish, ont profité de la réunion du Conseil municipal pour décerner le Prix de bâtisseur de la Ville à Don Winchester, président du Conseil des aînés de Barrhaven, en reconnaissance de son apport considérable à la collectivité.

    M. Winchester et son épouse Marilyn s’investissent dans leur communauté depuis leur déménagement de Calgary, en 2011. C’est peu après qu’il a communiqué avec la conseillère Harder, qui souhaitait créer un groupe pour les aînés à Barrhaven. Leur collaboration a porté fruit en décembre 2013, lorsque le maire Watson, la conseillère Harder et des aînés de la collectivité se sont réunis pour discuter du besoin des personnes âgées de Barrhaven pour des programmes et des services bien à eux.

    En 2014, M. Winchester devenait cofondateur et président du Conseil des aînés de Barrhaven, un organisme populaire et actif dans sa communauté : désormais un organisme de bienfaisance enregistré, il compte près de 600 membres. M. Winchester est récompensé pour l’énergie, le leadership et l’enthousiasme qu’il voue à la prestation de programmes et de services aux aînés. Avant la création du Conseil, ces derniers devaient sortir de leur quartier pour participer à des programmes. Ils peuvent à présent se joindre à des clubs de bridge et d’euchre, profiter d’activités sociales et de programmes d’exercices avec chaise, et participer à différentes sorties, le tout près de chez eux.

    La motivation et le leadership avec lesquels M. Winchester conduit l’organisme sur la voie du succès ont suscité de nouvelles amitiés et un sentiment d’appartenance chez ses membres, au fil de leurs activités hebdomadaires et de repas-partage – les meilleurs du quartier. Siégeant à titre de conseiller principal au comité chargé du projet de centre communautaire et culturel de Barrhaven, M. Winchester rêve d’offrir aux aînés de Barrhaven de nouvelles installations de qualité pour leurs programmes et services.

  • Le cantor rabbin Daniel Benlolo reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    C’est à la réunion du Conseil municipal d’aujourd’hui que le maire Jim Watson et le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, ont remis le Prix de bâtisseur de la Ville au cantor rabbin Daniel Benlolo afin de souligner son travail bénévole, particulièrement auprès des communautés juives et interconfessionnelles.

    Le cantor rabbin Daniel Benlolo Benlolo est cependant très actif dans la communauté. Outre ses fonctions d’enseignant à la Talmud Torah et de conseiller judaïque pour la Tamir Foundation, il visite fréquemment les établissements d’enseignement afin d’y transmettre des messages interconfessionnels d’espoir et de paix.

    La musique est réellement au cœur de tout ce que fait le cantor rabbin Benlolo; pour lui, c’est un moyen de rassembler les gens. Il chante régulièrement pour les malades et les personnes âgées qu’il va visiter. Il collabore aussi étroitement avec des adultes handicapés à l’aplanissement des obstacles par la chanson. D’ailleurs, cantor rabbin Benlolo a fondé la Tamir Neshama Choir, qui est entièrement composée d’adultes ayant des troubles du développement.

    Ce n’est pas la première fois que cantor rabbin Benlolo est récompensé pour son travail communautaire. En effet, il a reçu l’Elaine Rabin Social Service Award, le Prix du Gouverneur général pour l’entraide de 2013 et le Prix de bâtisseur communautaire de Centraide de 2004.

  • Ibrahim Musa reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Aujourd’hui, lors de la réunion du Conseil municipal, le maire Jim Watson, conseillers Catherine McKenney, Mathieu Fleury, Michael Qaqish et Marianne Wilkinson ont remis le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire à Ibrahim Musa, en reconnaissance de son travail de bénévolat et des efforts qu’il a déployés pour outiller et inspirer les jeunes d’Ottawa.

    Ibrahim Musa est le coordonnateur des communications et de l’engagement de Jeunesse Ottawa, un organisme de bienfaisance sans but lucratif fondé en 1997 dont la vision est celle d’une ville où les jeunes sont le moteur de changements positifs. Jeunesse Ottawa a été orienté par Max Keeping, qui souhaitait donner toute l’ampleur possible à ses travaux de sensibilisation à la cause des enfants et des jeunes. L’organisme offre aux jeunes d’Ottawa des ressources, de la formation et un soutien, leur permettant ainsi d’acquérir des compétences, de renforcer leur confiance et d’apprendre à élaborer des stratégies en vue de bâtir une meilleure collectivité pour eux‑mêmes et pour leurs pairs. En outre, Ibrahim est reconnu pour sa conviction selon laquelle chaque moment passé avec des jeunes est une occasion de les habiliter à agir et de les inspirer, un principe qu’il adopte d’ailleurs dans sa vie quotidienne.

    En 2002, Ibrahim est arrivé au Canada en tant que réfugié de l’Iraq et il vit, depuis, dans un logement de Logement communautaire d’Ottawa (LCO). Il est locataire ambassadeur de LCO et bénévole au sein du Comité d’engagement jeunesse d’Ottawa (CEJO), où il s’efforce d’accroître l’engagement des jeunes dans la prise de décisions par la Ville d’Ottawa. Le CEJO contribue à favoriser l’engagement des jeunes et veille à ce qu’ils se fassent entendre et soient représentés comme il se doit auprès de la Ville d’Ottawa.

    Ibrahim est aussi le fondateur et le directeur général de la fondation Cuts for Kids, un organisme sans but lucratif qui offre un service gratuit de coupe de cheveux pour les enfants de familles à faible revenu d’Ottawa. Il poursuit actuellement des études en sciences politiques à l’Université d’Ottawa et s’emploie à mettre en pratique ce qu’il apprend en classe dans la vraie vie, jour après jour.

    Ibrahim est également passionné par les questions socioéconomiques de portée nationale qui concernent les jeunes et les familles à faible revenu; c’est d’ailleurs cette passion qui l’a inspiré à lancer Cuts for Kids, en 2015. Depuis la création de l’organisme, Ibrahim gère une équipe de huit bénévoles dévoués; il a su, en outre, mobiliser des membres de la collectivité, notamment des salons de coiffure locaux de tous types et même des avocats de la région, qui participent aux activités qu’il organise et fournissent bénévolement des conseils et de l’aide. Ibrahim inspire les jeunes, les encourage à poursuivre leurs objectifs jusqu’à ce qu’ils se concrétisent; dans cet esprit, Cuts for Kids aide les jeunes à avoir une apparence qui leur plaît et à se sentir bien dans leur peau. En août 2017, la fondation Cuts for Kids s’est vu attribuer le statut d’agent auprès de Jeunesse Ottawa, ce qui en a officiellement fait un organisme caritatif. Tous les dons reçus dans le cadre des activités de collecte de fonds de Cuts for Kids sont investis directement dans le programme, afin d’aider davantage de jeunes d’Ottawa.

  • Kay Dubie et Liz Tucker reçoivent le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Le maire Jim Watson, accompagné des conseillers Allan Hubley et Marianne Wilkinson, a reconnu le dévouement communautaire de Kay Dubie et de Liz Tucker lors de la rencontre du Conseil municipal d’aujourd’hui en leur remettant le Prix de bâtisseur de la Ville.

    Kay Dubie s’est mise au bénévolat dans le groupe d’artisanat du Centre des aînés de Kanata. Elle a commencé comme simple tricoteuse, mais elle est rapidement devenue la dirigeante du groupe, rôle qu’elle occupe encore aujourd’hui. Elle a pour tâche de coordonner les activités du groupe, ce qui comprend la commandite des services aux aînés dans la communauté, notamment le don de 10 000 $ fait à l’établissement local de la Maison des soins palliatifs d’Ottawa.

    En septembre 2010, Mme Dubie est devenue la vice-présidente du Kanata Seniors Council, une association communautaire qui défend les besoins des aînés. Dans ces fonctions, elle a notamment eu pour mandat de créer un programme annuel de loisirs pour les aînés.

    Elle est ensuite devenue la présidente du Kanata Seniors Council, veillant au bon déroulement de ses différents projets : le Counsil Café, le programme d’apprentissage par ordinateur et les voyages organisés, en plus des autres services offerts aux aînés locaux. Mme Dubie a depuis quitté la présidence du conseil.

    Son dévouement inébranlable au Kanata Seniors Council ainsi que le partenariat entre le conseil et la Ville d’Ottawa ont joué un rôle dans la grande qualité des services offerts aux aînés de la capital.

    Liz Tucker est une résidente de longue date de Kanata. Elle a commencé à faire du bénévolat au Centre des aînés de Kanata en tant que réceptionniste. Elle accueillait nombre de ses amis et voisins, ainsi que d’autres aînés, pour les guider vers les activités qui leur étaient offertes au Centre. Elle a rapidement accepté plus de responsabilités en se joignant à l’équipe des événements spéciaux du Centre, où elle a aidé à créer et à coordonner des projets ponctuels pour les membres du Centre. En janvier 2010, elle est devenue la trésorière du Kanata Seniors Council.

    En plus de ses responsabilités comme trésorière, Mme Tucker s’est aussi impliquée dans la mise en place du programme annuel de loisirs pour les aînés. Le Far West Fun Fest a été lancé en mai 2011, et 200 aînés ont participé à plus de 20 activités sur une période de deux semaines. Le programme se porte toujours bien. En plus de son investissement auprès des aînés, Mme Tucker est aussi bénévole au sein de l’Association des amis de la bibliothèque publique d’Ottawa, à la succursale Beaverbrook, où elle participe à des collectes de fonds pour améliorer les services offerts aux membres.

  • Raffaela Plastino reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Le maire Jim Watson et le conseiller Riley Brockington ont récompensé l’engagement et le dévouement de Raffaela Plastino envers la collectivité en lui remettant, lors de la réunion d’aujourd’hui du Conseil municipal, le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire.

    Originaires de Cleta, en Italie, Mme Plastino et les membres de sa famille sont arrivés à Halifax en 1949 avant de rejoindre des amis et de la famille à Ottawa. Toujours prête à offrir ses talents d’organisatrice pour la bonne cause, elle a travaillé inlassablement pour la communauté italo-canadienne pendant de nombreuses années.

    L’établissement et la promotion de la Semaine italienne, qui a vu le jour en 1974, figurent parmi ses réalisations les plus importantes ; elle y a consacré plus de trente ans, dont huit à titre de présidente et douze en tant que vice-présidente. En compagnie d’autres membres du comité organisateur, elle a pris la tête des efforts visant à faire de cette fête communautaire locale un véritable festival prisé du public, dont on fait la publicité sur les sites d’information touristique de partout en Amérique du Nord. Elle a également contribué à la construction du centre de soins de longue durée Villa Marconi et a fait du porte-à-porte pour recueillir des fonds afin de venir en aide aux victimes des violents tremblements de terre qui ont ravagé la région du Frioul en Italie en 1976.

    Les longues heures de labeur ne lui ont jamais fait peur, car elle a toujours fait passer son engagement envers les autres avant tout. Que ce soit pour obtenir une traduction, se faire conduire chez le médecin ou se faire recommander des services médicaux ou juridiques, c’est vers elle que l’on se tournait ; c’est à elle aussi à qui l’on faisait appel pour aider les personnes dans le besoin. Tout le monde savait que l’on pouvait compter sur elle. Ses efforts ont permis à de nombreuses entreprises de la Petite Italie et d’Ottawa en général de voir leur chiffre d’affaires augmenter et, surtout, aux gens de savourer ensemble les traditions italiennes.

  • Michael Deyell reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Aujourd’hui, lors de la réunion du Conseil municipal, le maire Jim Watson et la conseillère du quartier Somerset, Catherine McKenney, ont remis le Prix de bâtisseur de la Ville à monsieur Michael Deyell afin de souligner son dévouement à mettre en valeur les artistes canadiens ainsi que ses nombreuses contributions à la communauté LGBTQ d’Ottawa. Cette reconnaissance est accordée dans le contexte du Festival annuel Fierté dans la Capitale.

    M. Deyell est revenu à Ottawa en 2012 pour acquérir After Stonewall, la seule librairie LGBTQ d’Ottawa, afin d’éviter la fermeture de ce commerce fondé en 1990. Il lui a insufflé une nouvelle vie, en y établissant la Stonewall Gallery, où sont mis en vedette des artistes canadiens et leurs œuvres. Au cours de la dernière année, M. Deyell a fusionné la galerie avec Wilde’s, le commerce de son conjoint, pour créer Stonewall Wilde’s, une boutique locale où l’on trouve les créations de plus de 70 artistes canadiens, sur deux étages.

    M. Deyell est une figure active et importante de la communauté, et un sympathisant des initiatives et des causes LGBTQ. Il milite et recueille des fonds pour la Maison Bruce, qui accueille et soutient les personnes vivant avec le VIH et le sida. Il apporte aussi beaucoup de soutien au Village, le quartier gai d’Ottawa, où il est très actif, et il contribue à en faire un endroit prospère, attrayant et inclusif où l’on trouve des commerces et des restaurants. En 2015, M. Deyell a siégé au conseil de Swirl and Twirl, une collecte de fonds annuelle pour les organismes de bienfaisance d’Ottawa. Aujourd’hui, il apporte son expertise en marketing social et en relations publiques au conseil du TotoToo Theatre.

  • Christo Bilukidi reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Ottawa – Le maire Jim Watson, le conseiller du quartier Gloucester-Sud-Nepean, Michael Qaqish, ainsi que le conseiller du quartier Alta Vista, ont remis le Prix du bâtisseur de la Ville à Christo Bilukidi aujourd’hui, lors de la réunion du Conseil municipal.

    Christo Bilukidi est né en Angola et a vécu en France ainsi qu’au Brésil avant que sa famille s’installe à Ottawa. Il a étudié à Georgia State University sur une bourse et a joué pour leur équipe de football, et plus tard a joué dans la Ligue nationale de football pour les Raiders d’Oakland, Cincinnati Bengals et les Ravens de Baltimore Lorsque le joueur de ligne défensive de six pieds cinq pouces et de plus de 300 livres a quitté la Ligue nationale de football en août dernier après quatre saisons, il ne voulait que rentrer à la maison, où il savait qu’il pourrait trouver le bonheur à la fois dans son cœur et dans sa tête.

    Il y a quelques mois, Bilukidi est devenu ambassadeur auprès de la Société de logement communautaire d’Ottawa (SLCO) et son rôle le réjouit, car il est important pour lui de s’impliquer dans la communauté. Dans son travail auprès de la Société, il a une influence sur les jeunes – ce qui rend sa mère Juliana fière, mais qui est également important pour lui. Il dirige maintenant un camp d’été pour les jeunes de la SLCO avec l’aide du Rouge et Noir d’Ottawa de la Ligne canadienne de football.

    Sa passion pour la mode l’a non seulement amené à créer une entreprise avec sa propre gamme de vêtements pour hommes (Idlewood Bespoke), mais lui permet également de redonner à la communauté en participant aux camps artistiques de la SLCO, où il a l’occasion de discuter de mode et d’entrepreneuriat avec des jeunes de tous les ages.

    Il explique aux jeunes que le fait de vivre dans un quartier défavorisé ne signifie pas qu’ils ne réussiront pas dans la vie. Les échanges entre Bilukidi et les jeunes vont beaucoup plus loin que le football; Christo est là pour parler de tout ce qui peut leur traverser l’esprit et, comme il le dit si bien, il est heureux d’être revenu chez lui.

     

  • Chœur de Police d’Ottawa reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Ottawa – Le maire Jim Watson, le conseiller du quartier West Carleton–March Eli El-Chantiry et la conseillère du quartier Somerset Catherine McKenney ont remis aujourd’hui, lors de la réunion du Conseil municipal, le Prix de bâtisseur de la Ville au Chœur de la Police d’Ottawa pour sa contribution à la communauté depuis 1972, notamment pour son effort de valorisation de l’image du Service de police d’Ottawa par le chant.

    C’est Barbara Duggan, directrice du chœur, qui a accepté le prix au nom de ses 43 membres, qui chantent en harmonie à quatre parties, tandis que Geoffrey Linklater, directeur musical, s’est adressé à l’assistance, avant que le chœur n’entame « Go Now in Peace ».

    Le Chœur de la Police d’Ottawa est une idée de l’ancien chef de police Leo Séguin; fondé en 1972, il ne comprenait à l’époque que des policiers masculins en service, sous la direction de Craig Davidson, un professeur de musique d’une école d’Ottawa. Le chœur a été formé dans l’objectif d’encourager les hommes des forces policières à apprendre à mieux se connaître dans un contexte moins formel ainsi que de valoriser l’image de la police par le chant. En 1991, il a été ouvert aux femmes, aux employés civils et au grand public.

    Cette année, le chœur célèbre ses 45 ans de chant pour la collectivité en appui au Service de police d’Ottawa. Trois des ténors qui font partie du groupe depuis sa création, Wayne Barry, Paul Rochon et Jean Roger, chantent encore aujourd’hui dans le chœur, lequel offre chaque année depuis 1978 une prestation lors du service commémoratif national des policiers et agents de la paix.

    Chaque année, en septembre, le chœur a l’honneur de se tenir sur les marches de la Colline du Parlement avec d’autres chœurs policiers des quatre coins du pays pour saluer le sacrifice des agents décédés dans l’exercice de leurs fonctions lors du service commémoratif national; il se produit également à l’occasion du service commémoratif annuel organisé en mai au parc Queens de Toronto pour les policiers et agents de la paix morts en service.

     

Page 2 sur 812345...Dernière page »