• Note de Service aux Membres du Conseil face aux Soins de Longue Durée

    Comme bien des gens, nous sommes vivement préoccupés par la découverte des incidents récents impliquant les foyers de soins de longue durée de la Ville. L’on nous a assuré que des dispositifs de protection étaient en place pour empêcher que de tels événements ne se reproduisent à l’avenir. Comme vous le savez, la Ville vient de recevoir une ordonnance de renvoi de la question au directeur émanant du ministère provincial de la Santé et des Soins de longue durée.

    Depuis le 29 juin 2017, date à laquelle ces incidents ont été signalés pour la première fois, la Ville s’est attachée à élaborer un plan pour remédier à ces incidents graves. Elle prévoit la tenue, dès cet automne, de séances de consultation avec les parties intéressées, notamment les résidents et les familles des quatre établissements de soins de longue durée concernés.

    Ceci dit, la présente note de service vise à vous informer que nous avons demandé au personnel de présenter au Comité des Services communautaires et de protection, d’ici le 21 septembre au plus tard, un exposé officiel sur l’état d’avancement des efforts déployés actuellement pour répondre aux préoccupations récemment formulées à propos des établissements de soins de longue durée de la Ville.

    Plus précisément, nous avons demandé au directeur municipal de fournir :

    • Un compte-rendu détaillé de tout ce qu’exige l’ordonnance de renvoi à la question au directeur émanant du ministère provincial de la Santé et des Soins de longue durée;
    • le plan mis en place pour garantir la supervision adéquate et appropriée des employés non membres par le personnel infirmier autorisé, et ce, conformément au document sur les pratiques exemplaires à suivre établi par l’Ordre des infirmières et infirmiers;
    • la stratégie visant à s’assurer que tout le personnel dispensant des soins directs aux résidents respecte le plan de soins du résident;
    • un aperçu des stratégies spécifiques appliquées pour fournir des soins appropriés aux résidents d’origines culturelles diverses qui sont atteints de démence;
    • des détails sur le plan visant à offrir au personnel une formation individuelle sur la prévention des mauvais traitements et de la négligence, la présentation de rapports obligatoires et la politique du titulaire de permis visant à promouvoir la tolérance zéro en matière de négligence envers les résidents;
    • une mise à jour sur le plan devant être déposé à l’issue des réunions et des séances publiques que la Ville d’Ottawa a organisées pour définir la meilleure façon d’améliorer les soins et les services prodigués aux résidents et de prévenir les mauvais traitements et la négligence des résidents. Veiller à expliquer en détail la façon dont le plan précisera les stratégies spécifiques que la Ville d’Ottawa entend mettre en œuvre dans ses foyers;
    • les politiques et procédures mises en place pour tous les établissements de soins de longue durée de la province de l’Ontario en vertu des dispositions de la Loi de 2007 sur les foyers de soins de longue durée, ainsi que les inspections aléatoires régulièrement menées par le ministère afin de vérifier leur conformité;
    • les mesures de protection énoncées dans la Déclaration des droits des résidents de foyers municipaux de soins de longue durée;
    • le rôle d’Agrément Canada, qui procède à des examens par des pairs afin d’évaluer la qualité des programmes et qui, tous les quatre ans, envoie une équipe d’évaluateurs sur place pour passer en revue divers aspects des opérations et valider qu’on y respecte les normes et les pratiques prescrites. Le rapport des foyers de soins de longue durée de la Ville d’Ottawa contenant le résultat de ces examens et leur dossier de conformité;
    • une étude détaillée des preuves de scolarité exigées auprès de tous les employés des foyers de soins de longue durée démontrant qu’ils possèdent les compétences exigées par la loi pour occuper leur fonction et des attestations de vérification de casier judiciaire qu’ils doivent présenter pour travailler auprès de personnes vulnérables avant de commencer à travailler dans le foyer;
    • un résumé de la séance d’orientation complète à laquelle les employés doivent participer avant d’entrer en fonction dans un des foyers. Veiller à préciser tous les aspects essentiels qu’ils doivent connaître en matière de sûreté et de sécurité afin d’offrir aux résidents des soins directs et indirects de manière efficace et respectueuse;
    • un résumé de la formation annuelle que les employés sont tenus de suivre, notamment sur la prévention de la maltraitance;
    • énoncer les processus et les procédures mis en place pour s’assurer que les employés en reconnaissent les signes, qu’ils savent comment prévenir les mauvais traitements et ce qu’ils doivent faire s’ils en sont témoins;
    • un rapport complet sur les moyens de s’assurer que les employés revoient chaque année, comme ils y sont tenus, les pratiques du foyer et de confirmer qu’ils ont lu et compris les exigences de la Loi sur les foyers de soins de longue durée et sa mise en œuvre.

    Après les consultations prévues cet automne, nous inviterons les membres du Conseil municipal à participer à une séance d’information sur l’étendue de la planification, les conclusions de ces réunions et les prochaines étapes à franchir en vue d’une mise en œuvre.

    Nous avons demandé au directeur municipal de superviser personnellement cet examen et de présenter un rapport aux membres du conseil dans le cadre des procédures des comités permanents. Nous sommes toujours vivement préoccupés par les problèmes qui ont été soulevés au sujet du traitement réservé à certains des citoyens les plus vulnérables. Nous souhaitons rappeler aux membres du Conseil municipal que l’ordonnance de renvoi de la question au directeur concerne les incidents signalés au départ en juin et ne fait pas suite au signalement d’incidents nouveaux ou récents.

    Veuillez communiquer directement avec le directeur municipal si vous avez des préoccupations précises concernant la présente demande d’examen.

     

     

  • Friandises ou bêtises avec le maire

  • Le maire Watson annonce un laissez-passer pour les résidents à faible revenu

    Ottawa – Aujourd’hui, le maire Jim Watson, accompagné du président de la Commission du transport en commun, le conseiller Stephen Blais, a annoncé qu’un laissez-passer de transport en commun pour les résidents à faible revenu serait inclus dans le budget 2017 de la Ville d’Ottawa.

    Ce laissez-passer sera offert avec un rabais important sur le tarif mensuel régulier pour adultes aux résidents dont le revenu se trouve au niveau ou en dessous du seuil de faible revenu, tel que défini par Statistiques Canada. À titre d’exemple, il sera offert aux résidents avec un revenu individuel d’environ 20 000 $ ou moins, ou avec un revenu familial d’environ 38 000 $ ou moins, dans le cas d’une famille de quatre. Le montant spécifique du rabais du laissez-passer sera rendu public lors du dépôt du budget au Conseil municipal le 9 novembre prochain.

    Cette annonce a lieu à la suite d’une année au cours de laquelle des options de laissez-passer pour résidents à faible revenu ont été longuement discutées dans notre communauté. À plusieurs reprises, les résidents d’Ottawa ont indiqué qu’ils appuient les efforts de la Ville pour offrir aux résidents à faible revenu un accès abordable au transport en commun.

    « Le laissez-passer pour les résidents à faible revenu offrira une option de transport plus viable pour les personnes qui travaillent mais qui vivent avec un salaire modeste, a déclaré le maire Jim Watson. Des progrès importants doivent être faits lorsque l’occasion s’en présente afin de faire d’Ottawa un meilleur endroit où vivre pour tous nos résidents. En offrant un laissez-passer de transport en commun pour les résidents à faible revenu, la Ville aide les personnes qui ne seraient autrement pas en mesure de se déplacer dans la ville, que ce soit pour garder ou trouver un emploi, ou pour accéder à des soins de santé. »

    Le laissez-passer pour les résidents à faible revenu sera un nouveau type de laissez-passer mensuel et ne sera pas subventionné par le coût des autres laissez-passer de transport en commun. La politique du Conseil municipal sur le montant qu’OC Transpo recueille auprès de ses usagers par rapport au montant prélevé des cotisations des contribuables pour le transport en commun restera la même.

    « L’introduction d’un nouveau laissez-passer pour les résidents à faible revenu renforcera l’engagement d’OC Transpo de fournir un service de transport en commun de classe mondiale et abordable pour tous les résidents d’Ottawa, a déclaré le président de la Commission du transport en commun, le conseiller Stephen Blais. Cette nouvelle option de transport en commun nous aidera à créer une ville encore plus abordable pour les résidents à la recherche d’un emploi, pour les familles monoparentales, pour les immigrants qui s’établissent à Ottawa, ou pour ceux qui sont temporairement au chômage en raison d’une blessure. »

    Près de 8 800 usagers à faible revenu pourraient bénéficier de ce nouveau laissez-passer de transport en commun abordable.

  • Installation d’appareils photo reliés aux feux rouges à divers emplacements dans la ville

    Le 3 octobre 2016 – Le maire Jim Watson, le conseiller Keith Egli, président du Comité des transports de la Ville, et le conseiller du quartier Orléans, Bob Monette, ont inauguré aujourd’hui un nouvel appareil photo relié aux feux rouges à l’intersection du boulevard St-Joseph et du chemin Old Tenth Line. Il s’agit du premier de cinq nouveaux appareils photo reliés aux feux rouges qui seront installés à divers emplacements dans la ville en 2016. Quinze autres seront installés en 2017.

    Ces 20 nouveaux appareils photo reliés aux feux rouges s’ajouteront aux 34  déjà en fonctionnement sur le territoire d’Ottawa. Pour déterminer les emplacements où de tels appareils doivent être installés, la Ville s’appuie sur les taux de collision.

    « La sécurité routière constitue une préoccupation importante dans différents quartiers d’Ottawa, et en tant que membres du Conseil, nous sommes déterminés à veiller à ce que tous les usagers des routes, des sentiers et des trottoirs de la ville se sentent en sécurité », a déclaré le maire Watson. « Dans le budget de 2016, le Conseil a approuvé l’élargissement du programme d’appareils photo reliés aux feux rouges, car il s’agit d’un autre outil que nous pouvons utiliser pour que tous soient en sécurité dans nos rues. »

    Le programme a pour objectif d’améliorer la sécurité aux intersections en réduisant le nombre de cas de non‑respect des feux rouges. Les collisions attribuables à une telle infraction sont généralement plus graves que les autres collisions qui se produisent aux intersections, parce qu’elles impliquent habituellement au moins un véhicule roulant à vitesse élevée. En 2013, 655 collisions obliques à déclaration obligatoire se sont produites aux intersections avec feux de signalisation de la ville.

    « Nous devons protéger le mieux possible les résidents dans leurs déplacements partout dans la ville », a déclaré le conseiller Egli. « En mettant en œuvre des outils comme des appareils photo reliés aux feux rouges, ainsi que des mesures d’application de la loi et de prévention, nous pouvons améliorer la sécurité des piétons, des cyclistes et des automobilistes sur nos routes. Ces appareils permettent également aux policiers de se concentrer sur d’autres types d’infractions. »

    Les appareils prennent deux photographies : la première est prise quand un véhicule s’apprête à traverser une intersection alors que le feu est rouge et la deuxième montre le véhicule en infraction en train de traverser l’intersection. L’amende imposée pour le non‑respect d’un feu rouge s’élève à 260 $, somme à laquelle s’ajoutent des frais de service de 5 $ et une suramende compensatoire de 60 $.

  • Plus de 250 personnes logées dans le cadre de l’initiative de la Ville Logement d’abord

    Le maire Jim Watson et la conseillère Diane Deans, présidente du Comité des services communautaires et de protection, ont organisé une célébration communautaire à l’hôtel de ville aujourd’hui en l’honneur des 250 premières personnes à obtenir un logement permanent dans le cadre de l’initiative Logement d’abord, qui constitue une priorité du Plan décennal d’investissement dans le logement social et la lutte contre l’itinérance de la Ville.

    « L’initiative Logement d’abord lancée en juin 2015 avait comme objectif initial de procurer un logement à 250 clients en séjour de longue durée dans les refuges d’urgence d’ici décembre 2016. Je suis heureux d’annoncer que nous avons atteint cet objectif plus tôt que prévu, a déclaré le maire Watson. En date d’aujourd’hui, plus de 297 personnes ont été logées en permanence et ont accès aux soutiens dont elles ont besoin pour conserver leur logement et demeurer stables. »

    Logement d’abord trouve un logement permanent et abordable aux personnes sans abri et fournit des services et des aiguillages vers le soutien communautaire dont elles ont besoin pour conserver leur logement.

    « Il s’agit d’un jalon important pour la Ville, pour nos résidents et pour nos partenaires communautaires qui travaillent avec nous pour fournir aux personnes dans le besoin un logement sécuritaire et abordable, a déclaré la présidente du comité, Diane Deans. Logement d’abord est une initiative clé qui aide les personnes sans abri à trouver un logement et à accéder aux ressources dont elles ont besoin pour vivre pleinement leur vie en bonne santé. »

    Dans le cadre de l’événement, une peinture intitulée « Transitions » a été dévoilée représentant le parcours depuis l’itinérance à la vie dans un logement. L’artiste local Chi Wei Lee a créé l’œuvre en puisant dans sa propre expérience avec l’itinérance. Elle a été encadrée par Mark Andrew Buttigieg et elle sera accrochée à la Place Jean-Pigott à l’hôtel de ville.

    Le Conseil a approuvé Un chez-soi pour tous : notre plan décennal 2014-2024 en 2013. Le plan met l’accent sur trois priorités : veiller à ce que tous aient un chez-soi, veiller à ce que tous obtiennent le soutien dont ils ont besoin et travailler ensemble. L’objectif global du plan consiste à éliminer l’itinérance chronique d’ici 2024.

  • Le Conseil municipal approuve un règlement sur les véhicules de location

    À la suite de l’approbation par le Conseil municipal de la nouvelle réglementation sur les véhicules de location, la Ville d’Ottawa est devenue aujourd’hui l’une des premières municipalités canadiennes à se doter d’un règlement sur les exploitants de transport privé. La Ville a en outre allégé le cadre entourant l’industrie traditionnelle du taxi, pour qu’elle soit concurrentielle et innove en offrant de nouveaux services.

    « Nos décisions d’aujourd’hui contribueront à faire progresser notre réseau de transport dans la bonne direction en défiant le statu quo et en ouvrant le marché à la concurrence, a exprimé le maire Jim Watson. Ottawa doit offrir aux gens des options de transport sécuritaires, concurrentielles, abordables et efficaces. »

    « Je souhaite remercier les quelque 6 000 personnes qui ont participé aux consultations et qui nous ont aidés à formuler un cadre réglementaire pertinent, digne du XXIe siècle, a indiqué la conseillère Diane Deans, présidente du Comité des services communautaires et de protection. Je suis certaine que grâce à ces nouvelles règles, l’industrie traditionnelle du taxi saura s’adapter au milieu concurrentiel actuel et y prospérer. »

    À compter du 30 septembre 2016, tout exploitant de transport privé qui désire faire affaire à Ottawa devra obtenir un permis semblable à celui exigé pour les agents de taxi. Il devra ensuite, avant d’entreprendre ses activités, puis régulièrement par la suite, fournir à la Ville des renseignements sur ses chauffeurs et leur véhicule : preuve de vérification du casier judiciaire, rapports d’inspection des véhicules et preuve de souscription des assurances adéquates, entre autres. Notons que les exploitants de transport privé paieront les mêmes droits que les agents de taxi traditionnels, et des frais de permis par course comparables.

    ‎La semaine dernière, le Comité des services communautaires et de protection s’est réuni pendant 18 heures sur deux jours pour recevoir les intervenants du public et discuter des changements proposés. Il a par la suite adopté plusieurs motions pour modifier le rapport du personnel, dont un grand nombre sont fondées sur les commentaires de l’industrie du taxi. Ces changements portaient notamment sur la supervision accrue des exploitants de transport privé, le respect de la réglementation, l’application du règlement, l’accessibilité, la taxe de vente harmonisée et le report de trois mois de l’entrée en vigueur du règlement.

    En adoptant cette nouvelle réglementation sur les véhicules de location, la Ville d’Ottawa modernise le cadre régissant l’industrie traditionnelle du taxi afin qu’elle puisse faire concurrence plus librement, sans toutefois compromettre les aspects de son modèle sur lesquels les résidents comptent. Voici quelques-unes des caractéristiques des nouvelles dispositions sur les taxis :

    • Permettre aux exploitants de taxis d’offrir des rabais aux clients qui utilisent une application pour réserver leur trajet.
    • Éliminer les frais de 1,50 $ qui s’appliquent aux paiements par carte de crédit ou de débit.
    • Réduire de 40 % le coût du permis de chauffeur de taxi (de 170 à 96 $).
    • Abolir les frais de permis pour les chauffeurs de taxi accessible (de 170 à 0 $).
    • Lever les restrictions relatives à la taille de l’habitacle et du coffre.
    • Faire passer l’âge maximal des véhicules de 8 à 10 ans.
    • Permettre aux exploitants de taxis de mettre sur pied leur propre formation sur le service à la clientèle, plutôt que d’imposer aux chauffeurs le cours de formation standard au Collège Algonquin au coût de 820 $.
    • Conserver le droit exclusif des taxis de prendre des passagers sur la rue et d’utiliser les stations de taxis et les voies réservées.
    • Conserver l’exclusivité du contrat avec Para Transpo, d’une valeur annuelle d’environ neuf millions de dollars.
    • ‎Permettre l’imposition de petits frais d’annulation et de frais supplémentaires pour le choix d’un véhicule de luxe pour les courses réservées au moyen d’une application.

    ‎La Ville d’Ottawa continuera d’appliquer le règlement municipal existant jusqu’à l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, le 30 septembre 2016.

  • Le nouveau parc Lansdowne ouvre officiellement ses portes en rendant hommage à son patrimoine et à son avenir d’espace vert

    14c-099___180

    Ottawa – Après des travaux de construction très intenses, Lansdowne a finalement son parc. Le maire Jim Watson et le conseiller du quartier Capitale David Chernushenko ont procédé aujourd’hui à l’inauguration officielle du nouveau parc Lansdowne et étaient en compagnie des conseillers municipaux, des représentants de l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG) et de nombre de professionnels, d’intervenants et de représentants des organismes qui ont participé à la conception et à la construction de la toute dernière attraction du réseau de parcs d’Ottawa.

    « Il y a exactement 13 mois aujourd’hui, nous étions en train de casser les dernières sections de chaussée dans l’ancien Lansdowne, a commenté le maire Watson. Ce qui a été créé aujourd’hui est véritablement extraordinaire. Ce nouveau parc est ancré dans le patrimoine de Lansdowne et de notre collectivité. En même temps, le site a été transformé en une destination urbaine moderne qui occupera dans le cœur des visiteurs une place aussi importante que celle qu’occupait l’ancien champ de foire pendant plusieurs générations. »

    Le parc urbain de 18 acres, d’une conception recherchée, comprend des espaces gazonnés, des cours, un verger patrimonial, une place pour le marché des producteurs agricoles, une patinoire extérieure, des jeux d’eau et une aire de jeu pour les enfants. En tout, le nouveau parc Lansdowne offrira près de trois fois plus d’espaces verts, quatre fois plus d’arbres et vingt lieux pour les événements pour l’utilisation communautaire.

    « Nous sommes absolument ravis de cet espace vert supplémentaire à Lansdowne, a déclaré le conseiller Chernushenko. Ce sera un espace idéal pour les activités récréatives et la relaxation. Grâce aux liaisons qui ont été créées entre la rue Bank, le canal Rideau et nombre de sentiers cyclables et piétonniers, le parc va contribuer à réunir les résidents des quartiers avoisinants. »

    Le Conseil municipal avait d’abord approuvé le plan de partenariat Lansdowne en 2009. L’objectif principal était d’aménager le site de 40 acres en une destination urbaine qui augmente la superficie d’espace récréatif et vert dans le centre-ville. On voulait qu’il soit possible de s’y rendre en utilisant divers modes de transport, que le parc préserve et améliore la perception qu’ont les visiteurs de la culture et du patrimoine local et qu’il confirme l’engagement de la Ville envers la durabilité de l’environnement. Les ententes de partenariat définitives conclues avec OSEG ont été approuvées en 2012, et c’est ainsi que se sont amorcées deux années de travaux de construction dans l’ensemble du site.

    « L’aménagement et la planification pour le nouveau Lansdowne nous ont appris l’importance d’une bonne conception, a expliqué Peter Hume, président du Comité de l’urbanisme. « Le merveilleux parc que nous avons aujourd’hui est le résultat de l’engagement pris par le Conseil municipal qui avait promis de demander l’aide des meilleurs concepteurs et architectes urbains canadiens et d’attirer les meilleurs concepteurs du monde dans le cadre d’un concours ouvert qui a mené à l’élaboration d’un concept de première classe digne de ce site historique. »

    Pendant la cérémonie, en reconnaissance à l’importance patrimoniale du nouveau Lansdowne, un représentant de la Fiducie du patrimoine ontarien a remis au maire Watson une plaque commémorative spéciale. Une autre plaque, qui souligne l’ouverture officielle du parc Lansdowne, a également été dévoilée pendant la cérémonie. Les deux seront placées bien en vue dans le parc.

    « Le parc Lansdowne est la réalisation de l’objectif visant à transformer cet emplacement historique en une destination pour tous », a déclaré le directeur municipal Kent Kirkpatrick. Le parc Lansdowne est une preuve concrète de la croissance intelligente, grâce à ses ajouts d’installations de loisirs actifs, de nouveaux espaces verts ainsi que son ingéniosité à créer des endroits dont bénéficieront les résidents d’un bout à l’autre de la Ville.

    Le Service des parcs, des loisirs et de la culture sera responsable de la gestion et de la programmation continus dans le secteur du parc urbain. Une gamme de programmes, en collaboration avec les partenaires communautaires locaux, seront offerts au parc Lansdowne cet automne : un marché de producteurs agricoles de Noël, le Bal de Neige 2015 ainsi que des activités sur la patinoire extérieure réfrigérée. Le parc Lansdowne et la Place-TD seront parmi les six installations qui accueilleront la Coupe du monde féminine de la FIFA en 2015.

    Les résidents d’Ottawa sont invités aux célébrations de la grande ouverture du parc Lansdowne dans le cadre d’un carnaval à l’ancienne et d’un pique-nique dans le parc, le samedi 16 août de 11 h à 15 h. Visitez ottawa.ca pour plus de détails, ou suivez-nous sur Twitter et aimez notre page Facebook pour des mises à jour.

    Le Passejour familial d’OC Transpo est le moyen idéal pour les familles de se rendre au parc Lansdowne ce samedi. Les familles peuvent se procurer un Passejour directement du chauffeur d’autobus au coût de 8,50 $ chacun. Ce dernier est valide pour un maximum de six personnes, dont deux seulement peuvent être âgées de 13 ans ou plus. On recommande aussi aux gens de prendre leur vélo et de les garer dans les parcs à vélos gratuits. De plus amples renseignements sur la façon de vous rendre au parc Lansdowne sont offerts en ligne au www.ottawa.ca.

  • Le budget préliminaire de 2015 maintient la dynamique établie pour la poursuite des grands projets de la Ville

    Ottawa – Le Conseil municipal d’Ottawa a reçu et déposé aujourd’hui le premier budget de son mandat, qui vise à maintenir la dynamique établie pour la poursuite des grands projets urbains, comme le transport en commun par train léger sur rail, la Cour des arts et le Centre de l’innovation Bayview. Le budget préliminaire propose des investissements clés dans le logement abordable, les installations communautaires et la prévention du crime, tout en conservant les taxes et les frais d’utilisation à un niveau abordable.
    « Ce budget établit un juste équilibre en maintenant le coût de la vie dans les limites de l’abordable, et en continuant à faire des investissements intelligents dans l’économie d’Ottawa et la qualité de vie de ses résidents, a déclaré le maire Jim Watson. Les preuves du dynamisme sont partout autour de nous. C’est une période vraiment emballante pour la capitale. »
    Le budget restreint nos dépenses actuelles, tout en limitant l’augmentation des recettes fiscales à 1,75 %, ce qui se traduit par une augmentation de 2 % pour une propriété résidentielle. Il s’agit d’une hausse d’environ 67 dollars par année pour une maison en zone urbaine évaluée à 355 000 dollars et de 55 dollars par année pour une maison en zone rurale évaluée à 355 000 dollars.
    De plus, pour une quatrième année consécutive, le budget propose des réductions de poste équivalents temps plein, sans nuire aux services de première ligne. Les résidents vont constater que les augmentations des tarifs de transport en commun et des frais d’utilisation pour les services de loisirs ont été limitées à un niveau raisonnable, tandis que le gel des frais de collecte des ordures est maintenu pour une troisième année consécutive.
    Le budget prévoit aussi du financement pour répondre aux besoins actuels de la population : il améliore la mobilité, appuie une nouvelle stratégie de prévention du crime et augmente le nombre de logements abordables destinés à nos résidents les plus vulnérables.
    « Ce budget nous permettra de maintenir nos activités quotidiennes sur la bonne voie et aidera la Ville à faire face à ses obligations financières liées aux grands projets en cours, a expliqué le directeur municipal Kent Kirkpatrick. Je félicite le personnel municipal qui a réussi à mettre de l’avant un plan financier responsable comprenant des investissements dans bon nombre des nouvelles initiatives retenues en consultation avec le maire et les conseillers et conseillères. »
    Le total de 689,1 millions de dollars affecté aux projets d’immobilisations de la Ville financés par les taxes et les redevances comprend un volet pour des projets réalisés à l’échelle de la Ville, à hauteur de 448 millions de dollars, dont bénéficiera l’ensemble de la population, et un autre volet pour des projets réalisés dans un quartier en particulier ou plusieurs quartiers à la fois, d’une valeur de 241 millions de dollars. Plus de la moitié de ce montant total sera investie dans le renouvellement de nos routes et de nos réseaux d’aqueduc et d’égout.
    Le budget prévoit des investissements dans les secteurs importants suivants, qui font d’Ottawa une ville où il fait bon vivre pour tous ses résidents et ses entreprises :
    Une ville bienveillante

     – Financer une stratégie de prévention du crime et des activités liées aux gangs.

     – Augmenter le financement destiné à l’entretien des actifs de la Société de logement communautaire d’Ottawa.

     – Consolider et améliorer le financement du Programme de brigadiers scolaires.

     – Accorder du financement pour la commémoration des victimes du tragique accident de train et d’autobus de septembre 2013.

     – Faire participer la Ville au renouvellement de l’événement Fierté dans la capitale.

    Une ville durable

     – Soutenir le Plan sur le cyclisme d’Ottawa de 2013 pour agrandir et améliorer le réseau de voies cyclables et de sentiers polyvalents dans l’ensemble de la ville afin de faire du vélo un mode de transport sécuritaire et pratique pour les résidents.

      -Faire avancer le Plan d’action de la rivière des Outaouais en construisant le tunnel de stockage des égouts unitaires et en mettant la dernière main au financement attendu des partenaires fédéraux pour égaler les investissements dans cette initiative de la Ville et du gouvernement provincial.

     – Augmenter de 125 000 dollars les fonds attribués à la plantation d’arbres qui s’établira à 1,3 million de dollars.

    Une ville prospère

     – Moderniser le réseau de transport en commun d’Ottawa grâce à la mise en œuvre du réseau de train léger sur rail (étape 1 et étape 2).

     – Poursuivre la construction de la Ligne de la Confédération, la ligne de transport en commun par train léger sur rail qui reliera la station Blair à la station Tunneys’s Pasture, et qui constitue l’épine dorsale du réseau de train léger sur rail planifié par la Ville.

     – Préparer la transition depuis l’étape de la construction de la Ligne de la Confédération à l’étape de sa mise en service complète en 2018.

     – Lancer le prolongement du Transitway Ouest pendant que la Ville poursuit ses recherches de financement pour la mise en œuvre de l’Étape 2 du réseau de transport en commun par train léger sur rail, qui s’étendra vers l’est, l’ouest et le sud de la ville.

    Une ville abordable

     – Limiter à 6 % l’augmentation des frais pour les services d’aqueduc et d’égout financés par les redevances, ce qui a été approuvé dans le dernier Plan financier à long terme.

     – Geler les frais de collecte des ordures pour une troisième année consécutive.

     – Limiter l’augmentation moyenne des tarifs d’OC Transpo à 2,5 % tout en investissant 4,2 million de dollars pour de nouveaux services améliorés, y compris l’accroissement du nombre de circuits d’autobus et l’ajout de quelque 5 700 déplacements pour le service de Para Transpo.

    Réduire l’effectif municipal de vingt postes équivalents temps plein (ETP), à l’exclusion du Service de police.

    Comme les priorités du mandat du Conseil seront finalisées après l’adoption du Budget 2015, une enveloppe budgétaire de 5,4 millions de dollars est prévue dans le budget du Bureau du directeur municipal, et une autre de 32 millions de dollars dans le budget des immobilisations pour le financement des nouvelles initiatives stratégiques. Ces enveloppes nous procurent une certaine souplesse dans nos décisions pour l’année à venir et garantissent que les fonds publics dépensés correspondront aux priorités qui seront établies par le Conseil.
    Le public aura l’occasion de s’informer sur le budget proposé et de faire ses commentaires en participant à quatre consultations budgétaires régionales qui se dérouleront du lundi 9 février au jeudi 12 février prochain. Les résidents sont également invités à s’inscrire à titre de délégation publique pour participer aux rencontres des comités permanents, des conseils et des commissions de la Ville, dont les réunions se tiendront du mardi 17 février au jeudi 5 mars pour l’examen de leur budget 2015 respectif. Pour obtenir toute l’information sur le budget préliminaire de 2015, rendez-vous à ottawa.ca/2015budget.
    Le Conseil municipal prendra en considération toutes les recommandations provenant des consultations publiques, des comités permanents et des conseils pertinents à sa réunion régulière prévue le mercredi 11 mars.