• Discours de l’État de la Ville 2016

    État de la Ville 2016

    Une année de collaboration

    Bonjour et bonne année à tous.

    J’espère que vous avez passé un beau temps des Fêtes et que vous en avez profité pour vous reposer.

    Je veux également souhaiter la bienvenue aux gens présents dans l’assistance ce matin.

    Chers collègues…

    Dans mon discours sur l’état de la ville l’an dernier, je disais que 2015 allait être une année marquée d’un grand dynamisme.

    Et 2016 sera une année de collaboration, où nous travaillerons ensemble à bâtir une ville encore meilleure.

    Avant de se tourner vers l’avenir, passons en revue quelques-unes de nos réalisations des 12 derniers mois.

    Nous avons commencé les travaux de la Cour des arts et l’agrandissement de la Galerie d’art d’Ottawa.

    Nous avons entamé les travaux du Centre d’innovation dans les cours Bayview.

    Et nous avons poursuivi la construction du train léger, en respectant le calendrier et le budget établis.

    Nous avons aussi achevé de nombreux projets communautaires.

    Nous avons inauguré un cinquième pont en trois ans : la passerelle Adàwe qui surplombe la rivière Rideau.

    Nous avons également inauguré le nouveau terrain de baseball accessible de la Ligue miracle d’Ottawa.

    Nous avons dévoilé une maquette grandeur nature du train Citadis Spirit d’Alstom dans le pavillon Aberdeen.

    2015 a aussi été une année importante pour nos équipes sportives.

    Le baseball est revenu dans la capitale nationale : les Champions d’Ottawa jouent maintenant au parc RCGT, entièrement réaménagé.

    Le Fury FC d’Ottawa est passé à un cheveu de remporter le championnat de la Ligue nord-américaine de soccer.

    Et le Rouge et Noir d’Ottawa a fait la finale de la Coupe Grey.

    La dernière fois qu’Ottawa avait accédé à cette finale, le pays était dirigé par un autre Trudeau.

    Je suis fier que nous ayons consolidé l’industrie locale du sport grâce à des projets comme le parc Lansdowne et le stade de baseball.

    Les résidents se sont ralliés aux nouvelles équipes.

    L’an dernier, Ottawa a accueilli de nombreux événements d’envergure, au profit direct de l’économie locale.

    En 2015, Ottawa a accueilli la Coupe du monde féminine de la FIFA au parc Lansdowne et les Championnats canadiens des petites ligues à Barrhaven.

    Ces événements d’envergure nous donnent un avant-goût des activités à venir :

    • 2016 : Le Brier
    • 2016 : Le sommet pour les jeunes One Young World
    • Les championnats 2016 et 2017 de la Ligue canadienne de hockey féminin
    • 2017 : Les congrès de la Fédération canadienne des municipalités et de l’Association des municipalités de l’Ontario
    • 2017 et 2018 : Le Championnat canadien d’athlétisme
    • 2017 : Le Roar of the Rings (séries éliminatoires pour l’équipe de curling olympique)
    • 2017 : Les championnats canadiens de canoë-kayak
    • 2017 : Les prix Juno
    • 2017 : Le Red Bull Crashed Ice

    J’espère que nous pourrons ajouter à cette liste impressionnante la Coupe Grey de 2017 et un match extérieur de la LNH.

    Il y a quelques années, nous avons mis en place la stratégie de tourisme « Plus de candidatures, plus de victoires, plus d’événements ».

    Je suis heureux que cette stratégie ait connu un franc succès.

    Je tiens à remercier les coprésidents d’Ottawa 2017, les conseillers Fleury et Cloutier…

    Ainsi que toute l’équipe d’Ottawa 2017, sous la direction de Guy Laflamme, pour le travail remarquable qu’ils ont accompli jusqu’à maintenant.

    Vous avez peut-être l’impression que nous parlons de 2017 depuis longtemps déjà.

    Certains ont dit à la blague qu’ils avaient encore plus hâte à 2018 pour ne plus m’entendre parler de 2017!

    Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’annoncer que le tout premier événement de 2017 sera une réception du Jour de l’an à l’hôtel de ville.

    Nous nous réunirons le 1er janvier pour commencer l’année du bon pied.

    Ce sera le coup d’envoi d’une année où nous accueillerons le monde.

    Chers collègues, ces grands événements ne profitent pas seulement à l’économie et à la création d’emplois.

    Ils sont d’importantes occasions de mettre notre ville à l’honneur.

    Une ville qui deviendra d’autant plus solide au cours des années à venir.

    J’en suis plus que jamais convaincu chaque fois que je rencontre un ministre ou un élu des instances supérieures.

    Lorsque l’on regarde ce qui se passe du côté du fédéral et du provincial…

    On ne peut s’empêcher de penser que les astres s’alignent sur plusieurs plans.

    Il y a un nouveau vent d’optimisme.

    Depuis un moment déjà, des municipalités comme Ottawa réclament plus d’investissements dans les priorités des villes :

    Le logement, le transport en commun, les installations communautaires…

    Enfin, on dirait que les trois ordres de gouvernement s’entendent sur ces questions.

    Il s’agit là d’une occasion unique à saisir dans les mois et les années à venir.

    C’est entre autres pourquoi…

    2016 sera une année de collaboration.

    Je vous explique.

    Cette année, nous accueillerons deux importants sommets portant sur l’avenir de l’économie locale.

    Comme vous vous le rappelez sans doute, par le passé, nous avons organisé des sommets sur les jeunes et les aînés, et ils ont donné des résultats positifs et concrets.

    J’aime ce genre d’événements.

    Ils rassemblent les bonnes personnes au bon moment.

    Et ils permettent d’établir des objectifs pour plusieurs années.

    Ce printemps, nous tiendrons un Sommet sur le tourisme.

    L’objectif de cet événement est de parler des stratégies de croissance à long terme de la troisième industrie en importance à Ottawa.

    Oui, nous avons un plan de match clair pour 2017.

    Ce plan de match a permis d’attirer des millions en commandites du secteur privé, qui rendront l’année inoubliable.

    Mais nous devons éviter le « lendemain de veille de 2018 » : nous devons miser sur la réussite année après année.

    J’ai demandé au conseiller Jean Cloutier d’être le président de ce sommet.

    Dans le cadre de l’événement, nous collaborerons avec nos principaux partenaires…

    Dont Tourisme Ottawa, les propriétaires de grandes installations, les équipes sportives et les organisateurs d’événements artistiques et de festivals.

    Ensemble, trouvons des stratégies gagnantes pour poursuivre sur notre lancée.

    Pour ce qui est du deuxième sommet…

    À l’automne, nous tiendrons un Sommet sur l’éducation et l’économie.

    La raison est simple.

    Ottawa a la chance d’avoir l’une des populations actives les plus instruites au monde.

    L’économie de la ville est fondée sur le savoir.

    Nos entrepreneurs et travailleurs sont considérés comme les plus créatifs et novateurs au pays.

    Ottawa compte plus d’ingénieurs, de scientifiques et de titulaires de doctorat par habitant que toute autre ville canadienne.

    Bien entendu, cela s’explique entre autres par les excellents collèges et universités de la ville, qui contribuent considérablement à la croissance économique.

    Lorsque l’on regarde le portrait global : il y a là une grande occasion à saisir.

    Il faut s’asseoir avec les leaders du domaine de l’éducation pour parler de l’avenir de l’économie.

    Je suis ravi que le conseiller Riley Brockington, ancien conseiller scolaire, ait accepté mon invitation à présider le sommet.

    Lors de l’événement, nous nous poserons d’importantes questions.

    Comment tirer parti le plus possible du nouveau Centre d’innovation?

    Comment mieux collaborer avec les chercheurs et les gens de métiers spécialisés pour garder une longueur d’avance?

    Comment attirer et conserver les étudiants les plus prometteurs et les meilleurs travailleurs?

    Ces deux sommets étaient des engagements électoraux, et je suis ravi qu’ils prennent forme en 2016.

    Dans l’économie de demain, les gagnants auront besoin des personnes qui savent nouer des liens et travailler en équipe.

    Nous avons été témoins d’un tel succès en collaborant avec la ville de Beijing, qui est jumelée à Ottawa.

    J’ai mené de nombreuses missions de développement économique en Chine à titre de maire…

    Et chaque fois, nous sommes revenus avec des ententes et des possibilités d’investissement qui se chiffrent en millions de dollars pour les entreprises locales.

    J’ai le plaisir d’annoncer aujourd’hui que je mènerai une autre mission commerciale en 2016.

    Cette fois… en Inde.

    Avec sa population de plus de 1,2 milliard de personnes et son importante classe moyenne, l’Inde est un marché important sur lequel notre ville doit être présente.

    Le milieu des affaires d’Ottawa m’a fait clairement comprendre qu’il a un fort un potentiel de croissance en Inde.

    Par ailleurs, Ottawa a un potentiel de croissance en tant que destination touristique importante.

    La délégation en Inde sera une première pour notre ville.

    Et je suis heureux de voir que les chefs d’entreprises répondent à l’appel en si grand nombre.

    Des entreprises comme EION Wireless, qui a son siège à Ottawa, feront partie de la délégation.

    Il s’agit d’entreprises locales qui s’appuient sur les produits pour large bande passante et WiFi qu’ils ont déjà mis en place pour des clients des secteurs public et privé en Inde.

    À eux se joignent de nombreux membres de la grande communauté indo-canadienne qui appuient cette importante mission commerciale, dont plusieurs sont parmi nous aujourd’hui – merci d’être venus.

    On parle ici de collaboration à l’échelle mondiale.

    Parlons maintenant de collaboration à l’échelle locale.

    Cette année, nous irons de l’avant avec le programme de plantation d’érables en l’honneur du 150e anniversaire du Canada.

    Comme vous vous le rappelez peut-être, il s’agit d’une initiative stratégique et d’un projet spécial pour 2017.

    Dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, différents moyens seront utilisés pour léguer un héritage aux générations futures.

    Le projet vise à planter un bosquet de 150 érables dans chacun des 23 quartiers.

    Les arbres plantés seront des essences canadiennes indigènes : érables à sucre, érables rouges et érables argentés.

    En 2016, le personnel collaborera avec les membres du Conseil pour trouver un emplacement approprié dans chaque quartier.

    Par la suite, nous planterons les érables au printemps et à l’automne 2017.

    Mon souhait est de collaborer avec des associations communautaires, des écoles et d’autres groupes concernés…

    Pour offrir ce cadeau à la population à l’occasion du 150e anniversaire du Canada.

    Le projet de plantation d’érables s’ajoute à notre collaboration au projet Arbre Ottawa, qui vise à planter un million d’arbres. Cette initiative d’Écologie Ottawa va déjà bon train.

    Nous nous emploierons également à rendre nos quartiers encore plus sécuritaires.

    Cet effort repose principalement sur l’ajout de 25 agents de police, qui a été approuvé dans le budget de 2016.

    De plus… sous la direction du président de la Commission de services policiers d’Ottawa et du président de Prévention du crime Ottawa, respectivement les conseillers El-Chantiry et Qadri…

    Nous poursuivrons nos efforts dans le cadre de la stratégie pour inciter les jeunes à sortir des gangs de rue.

    Nous savons que nous n’éliminerons pas la violence armée et la violence des gangs de rue en un mois ni même en un an.

    C’est un problème social complexe qui requiert une attention de tous les instants.

    Mais nous continuerons de montrer à ces jeunes hommes et femmes que de meilleures options s’offrent à eux.

    C’est en 2016 que la Ville commencera l’installation des 20 premiers appareils photo reliés aux feux rouges qui seront en place avant la fin du mandat.

    Tous les membres du Conseil savent que la sécurité routière est une priorité aux quatre coins de la ville.

    C’est un problème qui requiert lui aussi une attention de tous les instants.

    Nous voulons que tous les usagers des routes, des sentiers et des trottoirs se sentent en sécurité.

    Les nouveaux appareils photo reliés aux feux rouges sont un outil de plus pour veiller à la sécurité de tous.

    Ils viennent s’ajouter aux fonds dont dispose chacun des conseillers pour mettre en place des mesures de modération de la circulation dans son quartier.

    Bien sûr, certaines formes de collaboration que j’ai mentionnées s’ajoutent au travail important déjà accompli par nos collègues ici présents.

    Je vous donne quelques exemples.

    J’admire l’approche pragmatique qu’a adoptée le conseiller Bob Monette pour stimuler le développement économique à Orléans.

    J’ai pris part à une visite immobilière très instructive dans l’est de la ville, où il a emmené des courtiers immobiliers et d’autres investisseurs potentiels faire une visite en autobus pour qu’ils voient de leurs propres yeux les terrains et sites d’aménagement disponibles.

    Le conseiller Monette a fait faire cette visite à des investisseurs potentiels plusieurs fois.

    C’est le genre de collaboration pratique qui donne des résultats concrets pour l’économie locale.

    Je tiens aussi à féliciter la conseillère Jan Harder, présidente du Comité de l’urbanisme.

    Elle collabore à deux projets connexes : l’initiative Bâtir des banlieues meilleures et plus intelligentes, et l’examen des normes d’infrastructure.

    Ces projets sont très importants pour la qualité de vie des résidents et la viabilité financière de la Ville.

    Dans l’avenir, le Service de l’urbanisme et de la gestion de la croissance a d’importantes initiatives de collaboration de prévues.

    Par conséquent, nous assisterons à une augmentation de la participation de la population et des intervenants…

    Et à l’amélioration continue du calibre des propositions d’aménagement dans les mois et années à venir.

    Laissez-moi vous donner un autre bon exemple d’un conseiller qui stimule le développement économique.

    Le conseiller Allan Hubley a lancé l’idée de permettre aux entreprises et aux entrepreneurs de la région de mettre leurs technologies à l’essai à l’hôtel de ville.

    Après tout, comme elle compte un grand nombre d’employés et plusieurs secteurs d’activité…

    La Ville d’Ottawa est un laboratoire parfait pour tester des produits, des technologies et des idées.

    Le concept a mené à la création du Programme pilote d’innovation au sein du Service de l’innovation et du développement économique.

    Je suis heureux de vous informer que la Ville a reçu près de 50 candidatures jusqu’à maintenant.

    Nous en avons choisi cinq.

    La Ville annoncera les participants retenus au cours des prochaines semaines.

    Je crois que vous serez très impressionnés par la qualité de l’innovation et des idées des entrepreneurs locaux.

    Nous collaborerons également dans nos efforts de vente des propriétés excédentaires en 2016.

    Ces efforts seront dirigés par la conseillère Marianne Wilkinson, présidente de la Société d’aménagement des terrains communautaires d’Ottawa.

    Il existe des propriétés qui ne sont pas utilisées dans de nombreux secteurs de la ville.

    Par exemple, sur l’avenue Randall à Alta Vista, un site sur lequel était érigé un château d’eau était vacant depuis 2002.

    Finalement, l’automne dernier, le site a été mis en vente à 1,6 million de dollars et a suscité un grand intérêt de la part du secteur privé.

    Lorsqu’ils restent inexploités, ces types de terrains sont pour nous une double perte sur le plan financier.

    Nous ne recevons pas de recettes ponctuelles de la vente de la propriété.

    Et nous ne recevons pas d’impôt foncier.

    Nous tenterons d’améliorer la situation en 2016.

    De plus, comme 2016 sera l’année de la collaboration – quel meilleur exemple de collaboration que la musique?

    Le conseiller Jeff Leiper a accepté mon invitation à me représenter au sein du comité organisateur des prix Juno de 2017.

    Il travaille d’arrache-pied avec la Coalition de l’industrie de la musique d’Ottawa pour rassembler les membres du milieu musical.

    Lorsque nous accueillerons les prix Juno…

    Nous voulons que tous aient l’occasion de participer à cette importante célébration des artistes canadiens.

    Les deux co-présidents de notre comité organisateur local des Prix Juno sont parmis nous aujourd’hui. J’aimerais les remercier d’avoir accepté de jouer ce rôle, de même que pour leur dévouement envers cette célébration importante.

    Nous devons profiter de cet événement pour renforcer et stimuler notre économie dans les années à venir.

    Voici un autre exemple.

    Le conseiller Mitic, commissaire aux sports, a travaillé en étroite collaboration avec Tourisme Ottawa et le bureau des soumissions pour cibler les événements que nous pourrions attirer à Ottawa.

    Comme vous le savez, on n’obtient pas ce type d’événement du jour au lendemain.
    Il faut souvent des années de travail.

    En 2016, le conseiller Mitic dirigera les efforts exploratoires en vue d’une candidature aux Jeux d’été du Canada de 2021.

    Les derniers Jeux d’été du Canada, à Sherbrooke en 2013, ont attiré plus de 16 000 visiteurs.

    Ils ont eu des retombées économiques de 165 millions de dollars dans la région.

    Si nous décidons de poser notre candidature et que nous remportons cet événement prestigieux…

    Nous aurions la possibilité de moderniser certaines installations de sport vieillissantes, avec l’aide de nos partenaires fédéraux et provinciaux.

    Nous songeons avec intérêt à poser notre candidature à cet incroyable événement.

    De même, le conseiller Qaqish a accepté mon invitation à être l’agent de liaison spécial de la Ville d’Ottawa en matière de réinstallation des réfugiés.

    Le conseiller Qaqish collaborera et assurera la liaison avec les groupes de réinstallation des réfugiés comme Réfugié613 et le Centre catholique pour immigrants d’Ottawa.

    Il travaillera aussi avec le personnel pour suivre les progrès que font les nouveaux résidents pour s’intégrer – surtout après la première année.

    Et il coordonnera une célébration d’accueil communautaire, et au besoin, une collecte de fonds pour contribuer aux coûts de réinstallation.

    On peut difficilement rester indifférent à la vague de soutien que nous avons vue dans la population.

    Jusqu’à présent, nous avons accueilli plus de 500 réfugiés à Ottawa.

    Laissez-moi vous raconter l’une de mes histoires préférées.

    Dimanche, il y a deux semaines, j’ai été invité à un événement communautaire très spécial au Centre communautaire McNabb.

    L’événement était organisé par d’anciens réfugiés vietnamiens qui ont depuis élevé une génération d’enfants dans notre magnifique ville.

    L’objectif?

    Amasser des fonds pour le parrainage des réfugiés syriens.

    C’était vraiment beau de voir la générosité de ces gens qui donnent au suivant des années plus tard.

    Et c’est l’un des nombreux exemples de la compassion des résidents d’Ottawa pour leurs nouveaux voisins.

    À Manotick, Mary Barr a créé le programme Quilts 4 Kidz à l’Église unie de Manotick afin de faire des couvertures pour les enfants syriens nouvellement arrivés.

    Dans le Vieil Ottawa-Sud, le barbier Ali Sultan offre des coupes gratuites aux réfugiés à son salon Opus.

    Ce sont des histoires qui me remplissent d’une grande fierté.

    Ottawa se montre sous son meilleur jour.

    Les réfugiés commencent à arriver… mais nous savons que ce n’est qu’un début.

    Nous devons faire en sorte qu’ils aient la chance de s’épanouir et de participer en tant que membres à part entière de la famille qu’est Ottawa.

    Je tiens aussi à remercier le conseiller David Chernushenko pour le leadership dont il a fait preuve pour les questions de transport au parc Lansdowne.

    Il a travaillé en étroite collaboration avec les résidents du Glebe, du Vieil Ottawa-Sud et des environs pour que le transport à destination, en provenance et d’un bout à l’autre du parc continue de s’améliorer.

    Selon un sondage de l’Association communautaire du Glebe, 70 % des répondants disent fréquenter le parc Lansdowne régulièrement ou fréquemment.

    Il est clair que le parc Lansdowne devient un pilier de ce secteur.

    Chers collègues, les exemples que je vous ai donnés illustrent le genre de collaboration que nous poursuivrons en 2016.

    Il est important de reconnaître les collaborations passées dont nous avons tous bénéficié.

    Max Keeping a été l’un des plus grands collaborateurs de la ville.

    Que ce soit en tant que père, ami ou personnalité publique, M. Keeping bâtissait des ponts qui rassemblaient des gens de tous horizons.

    En reconnaissance de sa contribution…

    Je vous annonce que je présenterai une proposition au Comité sur les dénominations commémoratives pour renommer la nouvelle passerelle pour piétons et cyclistes du chemin Coventry, qui surplombe l’autoroute 417…

    Le pont Max Keeping.

    Le pont relie les quartiers des conseillers Nussbaum et Cloutier et se trouve non loin du Parc en hommage aux survivants du cancer et du CHEO.

    Comme vous le savez sans doute, M. Keeping était un fervent amateur de baseball, et il faisait beaucoup pour soutenir le CHEO.

    Le pont mène au parc RCGT et sera bientôt emprunté par des milliers de gens après l’ouverture de la station de train léger Tremblay.

    Je crois que ce serait une occasion parfaite de reconnaître la contribution d’un homme qui a tant donné à notre ville.

    J’aimerais saluer la présence de membres de la famille de M. Keeping parmi nous aujourd’hui.

    Je veux aussi vous annoncer une deuxième reconnaissance que nous accorderons en 2016.

    La très honorable Beverley McLachlin est la juge en chef de la Cour suprême étant restée le plus longtemps en poste dans l’histoire de notre pays.

    Elle est aussi la première femme à occuper ce poste.

    La juge en chef a été au centre de certaines des décisions judiciaires les plus importantes de l’histoire du Canada.

    Je suis ravi de vous apprendre que… la juge en chef a accepté mon offre de recevoir la clé de la ville.

    Elle se verra décerner la plus haute distinction accordée par la Ville lors d’une cérémonie le 22 mars prochain.

    Elle mérite d’être reconnue par notre Ville à titre de modèle, de leader et de bâtisseuse.

    Cette année…

    Le plus grand projet est certainement le prolongement du train léger dans notre capitale nationale.

    Rappelons-nous…

    Il y a à peine cinq ans, Ottawa n’avait aucun plan clair pour le train léger.

    Et auparavant, nous avions l’impression que ce projet ne se réaliserait peut-être jamais.

    Et où en sommes-nous aujourd’hui?

    Plusieurs kilomètres de rails ont été installés.

    Le tunnel du centre-ville est presque terminé.

    Et on assemble les wagons en ce moment même.

    Nous pouvons être très fiers des progrès réalisés.

    Mais, comment en sommes-nous arrivés là?

    Nous avons élaboré un plan et nous l’avons respecté.

    Nous avons été constants.

    Mais par-dessus tout, nous avons réussi à avoir confiance en notre vision du train léger.

    Ce plan et cette confiance ont été essentiels pour gagner l’appui de la population et de nos partenaires.

    Tous les partis de tous les ordres de gouvernement soutiennent l’Étape 2 du projet de train léger.

    En 2015, nous avons atteint deux jalons importants.

    Premièrement, la signature de l’entente historique des 100 jours avec la Commission de la capitale nationale.

    Nous devons cette signature au travail acharné de tous, notamment des représentants de la Ville – les conseillers Taylor, Blais et Egli – ainsi que du directeur municipal, Kent Kirkpatrick.

    Deuxièmement, le Conseil municipal a approuvé à l’unanimité l’Étape 2 du projet de train léger.

    Cette année encore, nous continuerons à faire avancer cet important projet.

    Nous collaborerons avec nos partenaires fédéraux et provinciaux pour conclure des ententes de financements solides.

    Nous démontrerons également que les prolongements jusqu’au chemin Trim et jusqu’à l’aéroport devraient être intégrés au projet.

    Si nous parvenons à obtenir du financement cette année…

    Nous prévoyons commencer l’approvisionnement à la fin de 2016 ou au début de 2017.

    Ensemble, nous améliorerons les déplacements en train léger dans la ville.

    Ce projet permettra de se rendre jusqu’au centre commercial Bayshore à l’ouest, jusqu’à la Place d’Orléans à l’est et jusqu’à Riverside-Sud au sud.

    Au moment d’inaugurer la Ligne de la Confédération en 2018…

    Nous voulons en profiter pour procéder à la première pelletée de terre de l’Étape 2 du projet de train léger.

    À la fin des travaux en 2023, près de 70 % de la population se trouvera dans un rayon de cinq kilomètres du transport en commun sur rail.

    Le train léger est le projet le plus important que nous pouvons réaliser pour améliorer la qualité de vie des générations futures.

    Bien entendu, nos investissements seront bonifiés par les améliorations apportées aux autres infrastructures de transport actif.

    Nous lancerons les travaux de l’étape 1 de la bande cyclable de la rue O’Connor cette année.

    Elle servira de complément nord-sud aux bandes cyclables de l’avenue Laurier, qui sont très populaires.

    Nous allons aussi aménager des bandes cyclables le long de l’avenue Mackenzie, près de l’ambassade des États-Unis – en partenariat avec l’ambassade et la Commission de la capitale nationale.

    Pour ce qui est de l’ouest de la ville…

    Nous procéderons au prolongement du Transitway de Bayshore à Moodie cette année.
    Il s’agira là d’une amélioration importante du transport en commun pour les résidents du secteur ouest.

    Vous vous souvenez sans doute que ce projet est financé exclusivement par la Ville puisque nous ne voulions pas attendre pour améliorer le transport en commun pour les résidents de Kanata.

    Nous avancerons également la conception de la passerelle pour piétons et cyclistes qui reliera l’avenue Fifth et la rue Clegg.

    Cette infrastructure est attendue depuis très longtemps.

    D’ailleurs, le succès du parc Lansdowne revitalisé rend ce projet encore plus urgent.

    J’espère que nous pourrons conclure un accord de financement avec les gouvernements cette année ou l’année prochaine.

    Si nous y parvenons, cela s’ajoutera à nos investissements record des dernières années pour le transport en commun et le transport actif.

    Voilà notre plus importante contribution dans la lutte aux changements climatiques et la protection de l’environnement.

    D’ailleurs…

    En 2016, nous réaliserons notre priorité environnementale grâce au Plan d’action de la rivière des Outaouais.

    Nous lancerons la dernière étape de ce projet : le tunnel de stockage des égouts unitaires.

    Grâce à ce projet, c’est une rivière des Outaouais propre que nous léguerons aux prochaines générations.

    Mais ce n’est pas tout…

    Nous pouvons aussi nous réjouir de la progression du projet de nouvelle Bibliothèque centrale.

    L’an dernier, la Bibliothèque publique d’Ottawa a déposé une demande de manifestations d’intérêt pour la nouvelle succursale.

    La réaction du marché et de la communauté a été encore plus positive que nous l’aurions cru.

    Bibliothèque et Archives Canada s’est d’ailleurs proposée comme partenaire potentiel.

    Nous avons aussi appris hier que les promoteurs qui s’occupent du réaménagement des plaines LeBreton sont aussi intéressés par le projet.

    Ça promet!

    Sous la direction du conseiller Tim Tierney, président du conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Ottawa…

    Nous continuerons de discuter avec les membres la communauté et les partenaires potentiels afin de faire de ce rêve une réalité.

    Je crois que cette nouvelle Bibliothèque centrale sera un attrait pour toute la région et que les résidents de tous les secteurs en profiteront.

    J’espère que nous pourrons lancer les travaux avant la fin du mandat en 2018.

    Nous devrions aussi inaugurer le Centre d’innovation dans les cours Bayview avant la fin de l’année.

    Cette installation hors du commun est un exemple parfait de collaboration, et il accueillera les nouveaux bureaux d’Investir Ottawa.

    Par ailleurs, Ottawa s’est vu accorder, par le Financial Times, le titre de la ville de taille moyenne la plus favorable aux affaires de l’hémisphère occidental.

    Nous observons un retour des emplois et des investissements à Ottawa.

    Mais nous devons faire en sorte que les entrepreneurs et les propriétaires d’entreprises reçoivent le soutien dont ils ont besoin.

    Le Centre d’innovation sera un guichet unique pour quiconque souhaite transposer son idée du papier au marché.

    Nous voulons que des entreprises soient lancées, qu’elles grandissent et qu’elles fleurissent.

    Bien entendu, ce centre arrive à point.

    En effet, tout ce que nous faisons doit être analysé d’un point de vue économique.

    La situation économique reste précaire.

    La croissance locale est en baisse.

    Le dollar est en baisse.

    Les familles voient aussi la valeur de leurs investissements et de leurs épargnes diminuer en raison des fluctuations du marché.

    Nous devons toutefois rester fidèles à nos principes :

    • conserver des taux d’imposition abordables;
    • protéger les plus vulnérables;
    • investir dans les infrastructures communautaires;
    • soutenir les créateurs d’emplois.

    Lorsqu’on vit des temps difficiles, on se retrouve à la croisée de deux chemins.

    Vous avez sans doute entendu parler de l’un d’eux dans certains journaux dernièrement.

    Il s’agit du chemin du cynisme.

    Celui des gens qui sont déçus d’eux-mêmes et de leur environnement.

    C’est faire le choix de se plaindre.

    Peu importe l’importance des investissements que nous réalisons.

    Ou le nombre de prix que remporte la ville pour la qualité de vie… le climat propice aux affaires… ou le développement durable.

    Ce ne sera jamais assez pour ces personnes.

    Je préfère emprunter l’autre chemin.

    Celui où l’on regarde vers l’avant.

    Celui où l’on reconnaît qu’il est impossible d’égaler, du jour au lendemain, les villes qui ont plusieurs centaines d’années de plus que la nôtre.

    Il vaut mieux se concentrer à garantir une excellente qualité de vie.

    À protéger les plus vulnérables.

    À réduire la durée des déplacements.

    À purifier l’eau et l’air.

    Voilà le chemin que nous devons suivre.

    Pour reprendre les mots de Bruce Lazenby, président-directeur général d’Investir Ottawa :

    Ceux qui DÉNIGRENT la ville n’arriveront jamais à la cheville de ceux qui la CONSTRUISENT.

    Nous aimons tous Ottawa.

    Et nous ferons tout en notre pouvoir pour faire de cette ville un endroit encore meilleur pour fonder une famille et lancer une entreprise.

    En ce début d’année 2016…

    Tandis que nous nous préparons à accueillir le monde en 2017…

    Choisissons le chemin de l’optimisme.

    Le chemin de la fierté.

    Choisissons de bâtir une ville meilleure dans le plus beau pays du monde.

    Merci.

  • L’état de la ville – 2015 – Discours

    Bonjour.

    Je tiens à souhaiter une très bonne année à tous les membres du Conseil.

    J’espère que vous avez eu des vacances de Noël et une période des Fêtes reposantes.

    Car, comme vous les savez, c’est une année très chargée qui nous attend.

    Une bonne partie de notre tâche s’amorce la semaine prochaine avec le dépôt du premier budget du présent mandat.

    Je souhaite remercier tous les membres du Conseil qui ont apporté leur contribution au processus budgétaire.

    J’ai particulièrement apprécié le fait de vous entendre de vive voix parler de vos secteurs d’intérêt et de vos priorités dans votre quartier, ce qui augure bien pour les quatre prochaines années.

    Je souhaite aussi remercier le public qui a nous a transmis ses idées, soit directement au conseiller de quartier ou encore à mon bureau dans le cadre du processus de consultation.

    Mes amis, 2015 sera une année marquée d’un grand dynamisme.

    Par cela, je veux dire que nous allons poursuivre sur notre lancée amorcée au cours des dernières années…

    Nous allons continuer à concentrer nos efforts pour construire une ville encore meilleure.

    Permettez-moi de revenir en arrière et de vous donner quelques exemples de nos plus récents accomplissements.

    Le Conseil municipal a approuvé à l’unanimité l’Étape 2 du projet de TLR ainsi que le Plan directeur des transports.

    Nous avons décidé d’aller de l’avant avec le réaménagement de la Cour des arts et du Centre d’innovation Bayview.

    Et nous avons continué à travailler sur les principaux éléments de la Ligne de la Confédération, préparant ainsi l’avenir du réseau de transport d’Ottawa.

    Au cours de la même période, nous avons procédé à plusieurs investissements importants dans la qualité de vie de notre ville.

    Et nous avons notamment apporté des améliorations de taille pour faciliter les déplacements, comme…

    Le pont commémoratif de Vimy dans le quartier du conseiller Qaqish…

    Et la passerelle de la promenade de l’Aéroport dans les quartiers des conseillers Brockington et Deans…

    Nous avons ajouté des espaces communautaires dans nos secteurs qui croient le plus rapidement, notamment :

    Le Richcraft Sensplex dans l’est, dans le quartier du conseiller Tierney…

    La piscine François Dupuis dans le quartier du conseiller Blais…

    Le Complexe récréatif Richcraft dans le quartier de la conseillère Wilkinson…

    Le Complexe récréatif Minto dans le quartier de la conseillère Harder…

    La nouvelle succursale Greely de la Bibliothèque publique d’Ottawa dans le quartier du conseiller Darouze…

    Et enfin, la rénovation du complexe récréatif Goulbourn dans le quartier du conseiller Qadri.

    Dans le quartier du conseiller Chernushenko, nous devons mentionner le magnifique nouveau parc Lansdowne … une merveilleuse amélioration dont profitent les résidents et les touristes de toutes provenances.

    Et maintenant vers 2015… Il ne manquera pas de grues et de bouteurs à l’œuvre dans nos rues.

    Les preuves du dynamisme sont partout autour de nous.

    Je pense que vous serez en mesure de saisir l’ampleur de cette effervescence si vous venez visiter notre exposition imminente sur le TLR qui aura lieu au parc Lansdowne, en février et mars.

    Depuis leur création, le parc Lansdowne et le Pavillon Aberdeen ont été les témoins des moments importants de l’histoire de notre pays et de notre ville.

    Nombre de ces moments étaient le fruit de l’innovation et de la création de nouveaux produits.

    Par exemple, en 1877, Thomas Ahearn d’Ottawa a donné la première démonstration du téléphone au parc Lansdowne.

    En 1892, il a présenté une série de nouveaux appareils électriques, notamment une cuisinière électrique et des calorifères électriques à eau.

    Aujourd’hui, ce sont des appareils courants de la vie quotidienne.

    Mais à cette époque, il s’agissait d’innovations qui ont changé la face du monde et l’ont rendu meilleur.

    Or, demain, la prochaine grande innovation sera dévoilée au Pavillon Aberdeen… La voiture de calibre mondial Citadis Spirit d’Alstom.

    Les résidents d’Ottawa entendent parler du projet de TLR depuis plus d’une décennie.

    Or, ce n’est que récemment qu’ils ont pu commencer à voir la progression des travaux dans les chantiers de construction un peu partout dans la ville.

    Demain, ce projet devient réalité.

    Vous serez en mesure de voir le train et de le toucher.

    Vous pourrez vous asseoir dans le wagon, regarder par la fenêtre et vous faire une idée concrète de ce que sera l’allure de la Ligne de la Confédération.

    Ce sera un tournant décisif pour le TLR à Ottawa, car des milliers de personnes vont pouvoir visiter le train au cours des prochaines semaines.

    Je suis vraiment ravi que nous soyons en mesure de partager cette expérience avec les résidents.

    Notre vision du train léger est fortement tributaire du dynamisme dont je vous ai parlé.

    Lorsque nous allons inaugurer la Ligne de la Confédération en 2018, la pause sera de courte durée, car nous allons redéployer aussitôt nos efforts dans un autre projet, celui de l’Étape 2 du TLR.

    Nous sommes en train de réaliser les évaluations environnementales pour ce projet et allons continuer à améliorer les plans visant à prolonger le TLR vers l’est, vers l’ouest et le sud.

    De concert avec le président du Comité des transports, le conseiller Egli, nous travaillons au développement de ce projet qui va transformer notre ville.

    Ottawa mérite un réseau de transport de calibre mondial comme celui que nous sommes en train d’élaborer, et j’ajouterais même, qui s’est fait longtemps attendre.

    Réfléchissons-y, juste un instant.

    Prenons les autres capitales des pays du G7…

    Paris, Berlin, Rome, Tokyo, Londres et Washington…

    Ottawa a la particularité d’être la seule à ne pas avoir son réseau de transport rapide sur rail pour ses navetteurs et les visiteurs.

    Même à l’échelle nationale, Ottawa a du retard à rattraper.

    En effet, au cours des 10 dernières années que nous avons passées à débattre du projet de la Ligne de la Confédération et à le peaufiner, Calgary et Vancouver ont mis en œuvre des lignes de transport en commun rapide pour un total combiné de 42 kilomètres.

    Toutefois, à l’heure actuelle, Ottawa a le vent dans les voiles.

    Et ensemble, nous allons construire un réseau de transport amélioré pour la capitale du plus grand pays au monde.

    Mes amis….

    Lorsqu’on considère tout ce qui devrait se réaliser au cours des 12 prochains mois, il est évident qu’Ottawa se trouve à un carrefour très spécial de son histoire.

    Jamais n’aura-t-il été aussi intéressant de vivre dans la capitale nationale.

    Ensemble, nous construisons de nouvelles institutions qui vont former et définir notre ville pour des générations à venir.

    Cette année, nous allons commencer les travaux sur deux grandes installations municipales, soit la Cour des arts et le Centre d’innovation Bayview.

    Ces installations, qui seront situées dans les quartiers des conseillers Fleury et Leiper, seront des installations véritablement régionales dont pourront profiter les résidents de l’ensemble de la Ville.

    Ces installations en place, nous serons en mesure d’appuyer et de célébrer les créateurs les plus talentueux de notre ville.

    Ce seront aussi des espaces de rencontre communautaires ou nous pourrons admirer et encourager l’innovation ottavienne.

    Sur le métier ou la table à dessin, au théâtre ou sur le marché…

    Nos artistes et entrepreneurs nous racontent l’histoire d’une ville d’Ottawa que nous connaissons bien et que nous chérissons.

    Une ville dynamique, progressiste et capable de réaliser de grandes choses.

    Nous devons créer des espaces qui reflètent le talent, l’ambition et le potentiel de notre Ville.

    En 2015, nous allons amorcer un nouveau projet qui servira exactement à faire ce que je viens de décrire : la nouvelle succursale Centrale de la Bibliothèque publique d’Ottawa.

    Avec le bon plan et le bon partenariat, je suis convaincu que nous pouvons créer une installation de catégorie mondiale pour la capitale nationale.

    Il s’agit d’un projet complexe et nous voulons nous assurer de bien faire les choses.

    Comme première étape, le conseiller Tim Tierney et moi-même, de concert avec les membres du Conseil de la BPO, allons organiser en mars de cette année une séance pour solliciter la participation du public.

    En premier lieu, nous allons rassembler les membres de la collectivité et amorcer cette importante conversation.

    De quelles fonctions avons-nous besoin?

    Quels problèmes peuvent être résolus?

    Que faut-il faire pour que le projet tire le meilleur parti de nos forces?

    Ce sera l’occasion, parmi plusieurs autres, pour le public de participer aux mesures que nous prenons ensemble en tant que Ville.

    Je veux que ce processus soit à l’image de ce que la nouvelle bibliothèque devrait être : ouvert, collaboratif et dynamique.

    Par ailleurs, je suis heureux d’annoncer que l’Exposition rurale du maire deviendra un événement récurrent.

    En collaboration avec le conseiller Moffatt, président du Comité de l’agriculture et des affaires rurales, nous allons travailler pour que la mouture de cette année soit la meilleure jamais présentée.

    Nous avons lancé cet événement il y a deux ans. Le but est de réduire le fossé qui sépare le monde rural et le monde urbain en présentant des personnes et des produits exceptionnels de nos régions rurales.

    Nous le faisons concurremment à la Journée de l’aide alimentaire, en appui à la Banque d’alimentation d’Ottawa.

    De plus, en 2015, un sommet du tourisme sera organisé à l’hôtel de ville.

    Le but de ce sommet sera d’élaborer des stratégies à long terme pour la troisième industrie en importance de la Ville.

    Nous savons que 2017 sera une année exceptionnelle.

    Mais comment éviter en 2018 et par la suite l’effet « gueule de bois 2017 »?

    Pendant que le secteur privé construit davantage d’hôtels, et que nos organisateurs d’événements accueillent des événements de plus grande envergure, comment nous assurer que le secteur du tourisme continuera d’attirer les vastes foules?

    En 2015, nous allons aussi continuer à déployer le logo d’Ottawa 2017 partout dans la ville pour créer un véritable engouement local.

    Sous la direction de nos nouveaux coprésidents pour 2017, les conseillers Fleury et Cloutier, nous allons continuer à diffuser largement l’événement auprès des résidents et des visiteurs et à susciter leur engouement.

    Au cours des derniers mois, Ottawa 2017 a établi une forte présence à la gare d’Ottawa, et une stratégie similaire sera mise en place à l’aéroport, dans les rues d’Ottawa et dans les commerces locaux.

    Cette stratégie prévoit également l’élargissement de notre programme de murales sur les passages inférieurs de la 417.

    Cette année, nous demandons l’approbation du ministère des Transports de l’Ontario pour créer des murales dans deux nouveaux endroits sous la 417 :

    à l’angle de la rue Bank, entre les quartiers de la conseillère McKenney et du conseiller Chernushenko;

    et à l’angle de Carling, à l’ouest de Kirkwood, entre les quartiers des conseillers Leiper et Brockington.

    Nous l’avons constaté avec la première série de murales, l’année dernière, ce programme nous fournit un moyen facile d’égayer un voisinage.

    Ensuite, cette année, nous allons devenir encore plus dynamiques dans notre intention de bâtir une ville toujours plus agréable à vivre.

    Dans quelques semaines, nous allons ouvrir une passerelle pour piétons et cyclistes surplombant la 417.

    Cette passerelle va relier le quartier du conseiller Cloutier à celui du conseiller Nussbaum.

    Pour sa part, le conseiller Fleury sera heureux de voir la poursuite des travaux de construction de la passerelle attendue depuis longtemps qui enjambe la rivière Rideau pour relier les rues Somerset et Donald.

    Elle entrera en service l’an prochain et ajoutera une liaison est-ouest importante dans l’infrastructure actuelle de transport actif.

    Ces deux passerelles combleront des lacunes dans notre réseau de transport.

    Elles nous permettront aussi de faire de la marche et du vélo des options plus sécuritaires et plus pratiques pour nos déplacements.

    Les familles de Carleton-Ouest assisteront plus tard cette année à l’inauguration du nouvel agrandissement du centre communautaire de Constance et Buckham’s Bay.

    Le conseiller El-Chantiry et les membres de cette communauté ont travaillé fort à ce projet qui procure à la population locale un nouvel espace de bibliothèque, une salle polyvalente et une salle de conditionnement physique.

    Nous procédons à des améliorations comme celles-ci pour la vie communautaire … et nous allons aussi investir dans l’environnement.

    La Ville d’Ottawa s’associe fièrement à Écologie Ottawa et à son projet « Arbres Ottawa » pour planter des arbres dans la ville au cours des prochaines années.

    Ensemble, avec les membres de la collectivité, nous allons planter un million d’arbres pour 2017.

    Je crois qu’il s’agit d’une merveilleuse façon de collaborer tous ensemble… et de transmettre à la prochaine génération le cadeau d’un air plus propre et d’un meilleur couvert arboré.

    Qu’il s’agisse d’enjeux environnementaux ou d’autres questions, nous pouvons accomplir tellement plus quand nous travaillons ensemble.

    Un excellent exemple à ce titre est la collaboration étroite entre les diverses parties concernées dans notre ville pour lutter contre le problème des armes à feu et des gangs criminalisés.

    Le Service de police d’Ottawa travaille en collaboration avec Prévention du crime Ottawa et d’autres organismes communautaires pour prendre les mesures qui s’imposent.

    Je veux également remercier les conseillers Chiarelli et Taylor qui ont réuni les résidents de leur quartier afin de parler ouvertement et honnêtement des problèmes auxquels nous faisons face en tant que ville.

    Nous avons tous un rôle à jouer, et la Ville d’Ottawa continuera au cours des prochains mois à faire preuve d’initiative dans ce dossier.

    Par ailleurs, je suis impatient en 2015 de poursuivre la solide collaboration amorcée précédemment avec la Ville de Gatineau.

    Plus que jamais, le maire de Gatineau, Maxime Pedneau-Jobin et moi-même travaillons en étroite collaboration.

    Nous étions présents à nos cérémonies d’inauguration respectives et étions ensemble pour le jour du Souvenir en novembre dernier, et avons déposé une couronne au pied du Monument commémoratif de guerre.

    En 2015, nous allons poursuivre notre collaboration sur des enjeux d’intérêt commun, notamment le transport et le transport en commun entre nos deux grandes villes et à l’intérieur de celles-ci.

    Je compte rencontrer à nouveau le maire Pedneau-Jobin à Gatineau dans la première moitié de 2015 pour consolider notre partenariat.

    2015 sera une grosse année pour le baseball et d’autres sports à Ottawa.

    Notre équipe de baseball de la ligue CanAm prendra possession du terrain de baseball au Stade d’Ottawa grâce au soutien de certains membres du Conseil, notamment du conseiller Monette.

    Nous avons hâte de pouvoir encourager nos Champions d’Ottawa en mai quand la température se fera plus clémente.

    Par ailleurs, l’aménagement d’un terrain de baseball de la Ligue Miracle d’Ottawa pleinement accessible sera achevé cette année dans le quartier de notre commissaire aux sports, le conseiller Mitic.

    Nous sommes très fiers de l’ouverture de ce deuxième terrain de baseball pleinement accessible au Canada capable d’accueillir des enfants et de jeunes adultes qui ont des besoins particuliers.

    Évidemment, Ottawa sera l’hôte cet été, dans le quartier de la conseillère Harder, du Championnat canadien des ligues de baseball mineures.

    Ce sera un autre événement qui mettra notre ville en vedette et la fera découvrir à des familles provenant de tout le pays.

    Et à une échelle de plus grande envergure encore, n’oublions pas la tenue de la Coupe du monde féminine de la FIFA au parc Lansdowne en juin prochain.

    Ottawa jouira alors d’une visibilité internationale inestimable alors qu’elle accueillera certaines des meilleures joueuses de soccer au monde.

    Cette exposition est d’une importance capitale pour la réputation de notre ville et sa croissance économique à long terme.

    Nous demeurons confiants en nos perspectives de croissance économique au cours de la prochaine année.

    En décembre, le taux de chômage régional était de 6,1 pour cent, demeurant sous le taux national de 6,6 pour cent.

    Par contre, le départ de détaillants comme Target nous rappelle qu’aucune ville n’est à l’abri des turbulences sur son parcours.

    Il faut aussi avoir à l’esprit que notre population croît plus rapidement que la moyenne nationale, ce qui ajoute une pression supplémentaire pour veiller qu’il y a de bons emplois disponibles et que la qualité de vie demeure élevée.

    Je suis convaincu que nous sommes sur la bonne voie.

    Investir Ottawa, qui s’apprête à célébrer son troisième anniversaire, continue à faire de l’excellent travail.

    Nos entrepreneurs établis et les entreprises en démarrage reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour prospérer et grandir.

    Le Service d’innovation et de développement économique de la Ville renouvellera sa stratégie en 2015.

    Il mettra en place de nouveaux outils et programmes pour faire en sorte que l’Hôtel de Ville soit un véritable partenaire du secteur privé dans sa mission de créer des emplois et de stimuler notre économie.

    Brièvement, je vous en présente deux…

    Nous allons bientôt établir une procédure pour permettre aux entreprises locales de mettre à l’essai leurs technologies ou produits dans nos opérations municipales.

    Ce programme s’inspire d’une question soulevée par le conseiller Hubley au cours du dernier mandat du Conseil, et je crois que l’idée est excellente.

    Bientôt, le Service de développement économique deviendra un guichet unique pour les entreprises locales en démarrage désireuses de mettre à l’essai de nouvelles technologies.

    À même ce guichet unique, le Service choisira chaque année un nombre restreint de projets d’innovation.

    Si, grâce à ces projets qui serviront de cas type, nous pouvons aider une entreprise à améliorer sa technologie avant de passer au stade de la production de masse, je crois qu’il faut en examiner soigneusement la possibilité.

    Les avantages pour la Ville seront des coûts moindres et une façon novatrice d’assurer la prestation des services.

    Et pour nos entrepreneurs locaux, les avantages seront de pouvoir mettre à l’essai et d’améliorer une technologie avant sa commercialisation.

    Je crois que cette stratégie est bénéfique à tous.

    Une deuxième initiative économique consistera à nous pencher attentivement afin de recruter et de retenir à notre service des candidats talentueux.

    En 2015, nous nous attellerons à cette tâche et mettrons au point une stratégie et une trousse d’outils pour attirer ce type de candidats.

    Ces outils nous aideront à vendre de façon mieux ciblée notre ville comme endroit formidable où vivre et faire des affaires.

    Il ne faut pas oublier que nous sommes en concurrence avec d’autres villes pour obtenir les meilleurs candidats et les plus brillants.

    Qu’est-ce qui pousserait une famille à venir s’établir à Ottawa plutôt qu’à Toronto, Montréal ou Calgary?

    Comment peut-on susciter l’intérêt des travailleurs les plus scolarisés et les plus convoités ainsi que de leur conjoint et enfants?

    Ottawa est un as de la promotion touristique et sait créer des messages qui attirent les gens pendant de longues fins de semaine.

    Mais CE message dont il est question ici vise à attirer des gens pour la vie.

    Ottawa a une histoire remarquable à raconter, mais je crois que nous devons mieux nous y prendre pour la raconter.

    Avant de conclure, j’aimerais vous faire part de deux importantes reconnaissances de mérite civique qui se dérouleront en 2015.

    La première reconnaissance de mérite civique a trait à la terrible collision entre un train et un autobus en 2013.

    En collaboration avec la conseillère Harder, nous allons lancer un processus en vue de la création d’un monument approprié commémorant nos six voisins décédés en ce fatidique jour de septembre.

    Nous allons aborder ce projet avec soin et respect, car nous comprenons que les émotions demeurent très vives.

    La deuxième reconnaissance de mérite civique a trait à Daniel Alfredsson, l’ancien capitaine de nos Sénateurs d’Ottawa.

    Comme vous le savez, Daniel a pris sa retraite le mois dernier après dix-huit saisons dans la LNH.

    Il était notre capitaine sur la glace…

    Et il était un leader dans notre collectivité.

    Que ce soit pour la Fondation des Sénateurs d’Ottawa ou la Fondation pour la santé mentale du Royal, il a consacré son temps et son énergie à faire d’Ottawa un meilleur milieu de vie.

    Il a adopté Ottawa tout comme nous l’avons adopté.

    Et pour cette raison…

    Aujourd’hui, je suis heureux d’annoncer que Daniel a accepté de recevoir la Clé de la Ville qui lui sera remise au cours d’une cérémonie en mars prochain.

    Il s’agit de la plus haute distinction accordée par la Ville et un honneur qu’il a mérité pour tout ce qu’il a fait pour Ottawa.

    Mesdames et messieurs…

    L’année 2015 nous apportera son lot de défis et de projets, grands et petits…

    Dont les retombées définiront notre ville pour des générations à venir.

    J’ai hâte de travailler en étroite collaboration avec vous au cours de la prochaine année sur ces importants dossiers.

    Ensemble, nous allons créer le dynamise qui transportera Ottawa pour créer une ville dynamique, prospère et bienveillante où il fait bon vivre.

    Merci.

  • West Ottawa Board of Trade – Déjeuner du maire 2015

    Merci beaucoup Rosemary/Greg.

    Je tiens à remercier le West Ottawa Board of Trade, votre président, Greg Weatherdon, ainsi que votre directrice générale, Rosemary Leu, de m’avoir invité à me joindre à vous ce matin.

    C’est un plaisir de voir autant de visages familiers ici aujourd’hui.

    J’aimerais d’abord vous transmettre, à vous et à vos familles, mes meilleurs vœux pour la nouvelle année.

    J’espère que vous avez profité du temps des fêtes pour passer du temps en famille ou entre amis et faire le plein d’énergie en vue de l’année à venir.

    J’aimerais aussi offrir mes sincères félicitations pour la récente fusion qui a mené à votre nouvelle organisation.

    Ensemble, l’ancien West Ottawa Board of Trade et la Greater Nepean Chamber of Commerce seront un atout important pour les entreprises au service des résidents de Nepean, Kanata, Goulbourn et West Carleton.

    Les associations d’entreprises telles que le West Ottawa Board of Trade sont d’une importance capitale pour Ottawa.

    En ce moment, notre ville cherche à diversifier son économie; pour y arriver, il importe de soutenir nos entreprises et entrepreneurs locaux pour assurer leur succès.

    Nous savons à quel point ils sont déterminants pour notre économie.

    Et nous voulons qu’ils réussissent.

    Alors que commence une nouvelle année et une nouvelle ère pour le West Ottawa Board of Trade, je vous encourage à poursuivre sur votre lancée et à continuer votre excellent travail.

    L’année 2014, bien qu’occupée, a aussi été une année très fructueuse pour la Ville d’Ottawa.

    Je suis très fier d’avoir été réélu comme maire d’Ottawa et d’être à la tête d’un Conseil qui regroupe des vétérans comme de nouveaux membres, avec qui je suis impatient de travailler pour les quatre prochaines années.

    L’une de nos premières tâches, à titre de nouveau Conseil municipal, sera d’établir le budget de 2015.

    Comme ce fut le cas ces quatre dernières années, notre objectif est d’assurer pour la Ville des finances stables et prévisibles.

    Durant mon dernier mandat, j’ai tenu ma promesse de ne pas augmenter les impôts au-delà de 2,5 % par année.

    En fait, nous avons proposé en 2014 la plus faible augmentation du taux d’imposition en sept ans.

    De la même façon, je compte tenir ma promesse de ne pas l’augmenter de plus de 2 % par année au cours de mon mandat actuel.

    Certains diront qu’une telle augmentation, voire toute augmentation, est exagérée et qu’il est préférable de viser un gel ou une réduction.

    C’est facile à dire… mais en pratique très peu réaliste.

    Cela nous obligerait à couper des services ou à reporter des projets importants de plusieurs années, peut-être même pendant des décennies.

    Voici les grands projets de la Ville d’Ottawa qui sont terminés ou en cours :

    – La Ligne de la Confédération du train léger et l’expansion du service de l’O­Train;

    – Le renouvellement majeur des infrastructures avec le programme « Ottawa va de l’avant »;

    – De nouvelles casernes de pompiers à Stittsville et à Barrhaven;

    – De nouvelles installations récréatives, notamment le Complexe récréatif Minto – Barrhaven, le Complexe récréatif Richcraft, ici à Kanata, ou la seconde patinoire du Complexe récréatif Goulbourn.

    Un gel ou une réduction des impôts nous obligeraient à abandonner certains de ces projets.

    Si une réduction semble intéressante en principe, on ne peut ignorer le fait que notre ville est en pleine croissance et donc que nos besoins augmentent.

    À titre de grande ville, nous devons faire les investissements nécessaires pour l’avenir, tout en assurant aujourd’hui la prestation des services.

    Pensons aux services quotidiens comme la police, les pompiers, les paramédics, les bibliothèques, les parcs et bien plus.

    Ces services ont un prix.

    Nous ne pouvons avoir tout ce que nous voudrions, mais nous pouvons trouver un équilibre.

    Je crois sincèrement que nous avons travaillé fort pour le trouver.

    Notre engagement est d’exiger une hausse raisonnable du taux d’imposition, soit au plus 2 % par année.

    Nous aurons ainsi la latitude nécessaire pour conserver une certaine discipline sur le plan fiscal, tout en poursuivant les investissements pour l’avenir de notre ville.

    Les budgets préliminaires de fonctionnement et d’immobilisations de 2015 seront déposés lors de la réunion extraordinaire du Conseil du 4 février.

    Les résidents peuvent participer au processus budgétaire de nombreuses façons.

    Nous avons lancé un processus en ligne de consultation publique prébudgétaire – les résidents peuvent transmettre leurs commentaires par courriel, à l’adresse budget-2015-arobas-ottawa-point-c-a.

    Vous pouvez aussi transmettre votre opinion sur Twitter, en utilisant le mot-clic #ottbudget.

    Pour ceux et celles qui préfèrent donner leur opinion en personne, quatre séances de consultations publiques régionales seront organisées; celles qui vous concernent plus particulièrement seront aux endroits suivants :

    – Pour le Sud : le mercredi 11 février, de 19 h à 21 h, à la salle A du Sportsplex de Nepean, au 1701, avenue Woodroffe;

    – Pour l’Ouest : le mardi 10 février, de 19 h 30 à 21 h 30, à l’école Holy Trinity Catholic High School de Kanata.

    En outre, les comités permanents du Conseil, en collaboration avec la Commission du transport en commun, la Commission de services policiers d’Ottawa, le Conseil d’administration de la Bibliothèque publique d’Ottawa et le Conseil de santé, tiendront des réunions pour examiner les postes du budget préliminaire de 2015 qui les concernent et écouter les intervenants du public à ce sujet.

    Je vous encourage donc à participer au processus budgétaire avant que la version définitive des recommandations budgétaires ne soit déposée au Conseil, à la rencontre du 11 mars.

    Je suis aussi très heureux de vous parler aujourd’hui de l’excellent travail mené par Investir Ottawa.

    Les avancées réalisées en trois ans seulement par Investir Ottawa sont incroyables.

    L’organisme est devenu à ce point crucial pour notre communauté d’affaires que je me suis engagé, lors de la dernière campagne électorale, à augmenter son financement annuel de 370 000 $.

    Grâce à cette hausse de financement, Investir Ottawa sera en mesure d’influencer encore plus positivement notre économie.

    Je suis heureux que ce soit un homme d’affaires de Kanata, David Ritonja, d’Alcatel, qui préside le conseil d’administration.

    D’ailleurs, la semaine dernière, certains de mes collègues du Conseil et moi-même avons eu l’occasion de visiter les bureaux d’Investir Ottawa et de prendre connaissance des initiatives actuellement en chantier.

    Lors de notre visite, nous avons pu constater certaines des réalisations des trois dernières années d’Investir Ottawa :

    – L’organisme a contribué à la création de plus de 2 250 emplois;

    – Il a attiré plus de 213 millions de dollars en investissements grâce au portefeuille des entreprises en démarrage;

    – Il a attiré plus de 200 millions de dollars en investissement à Ottawa (y compris l’investissement direct étranger);

    – Il a aidé plus de 260 entreprises à croître à l’échelle mondiale;

    – Il a reçu plus de 50 délégations à Ottawa.

    Le plus important pour nous, à la Ville, est de faire tout en notre pouvoir pour diversifier et renforcer notre économie locale.

    Nous aurons toujours une forte présence de la fonction publique municipale, provinciale et fédérale, mais les conséquences des mises à pied fédérales se font réellement sentir; c’est à nous de faire preuve d’initiative pour compenser ces pertes.

    C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime m’adresser à des groupes comme le vôtre.

    Les entreprises locales sont d’une importance capitale pour notre ville et ses différents quartiers.

    Nous voulons – et avons besoin – que nos entreprises et entrepreneurs locaux soient prospères.

    Et nous aimerions que la Ville soit vue comme une alliée et non une empêcheuse de tourner en rond.

    La réussite d’Investir Ottawa me donne espoir que nous atteindrons cet objectif.

    Ensemble, nous créons des emplois.

    Nous attirons des investissements.

    Nous soutenons les entreprises locales par le mentorat, des ateliers et des partenariats.

    Je crois bien que chaque semaine, je reçois une invitation à l’ouverture d’une nouvelle entreprise qui, bien souvent, a reçu l’aide d’Investir Ottawa.

    Un bel exemple pour l’illustrer est Rumidifier.

    Un résident de Kanata, Jeri Rodrigs, a eu l’idée d’un humidificateur écologique.

    Il a présenté son idée à Investir Ottawa, qui l’a aidé à faire un plan d’affaires.

    Il fabrique maintenant son Rumidifier à Stittsville.

    Son produit connaît un grand succès commercial.

    Voilà une belle histoire « fabriquée à Ottawa ».

    Le Rumidifier est vendu entre autres à Home Hardware, Costco et Home Depot, et ses ventes ne cessent d’augmenter.

    Quand je vois des produits comme celui-là et que je visite ces belles entreprises locales, je me sens fier de notre économie et je dois admettre que les personnes les plus innovantes et talentueuses au pays se trouvent à Ottawa.

    L’un des projets les plus stimulants – et qui concerne Investir Ottawa – est la création du Centre d’innovation dans les cours Bayview.

    Le Centre sera un carrefour de l’innovation, de la collaboration et de la créativité qui soutiendra les entreprises en démarrage locales afin qu’elles puissent croître et réussir.

    Le Centre favorisera aussi la création d’emplois et attirera davantage d’investissements dans notre ville, y compris de l’étranger.

    La Ville est reconnaissante au gouvernement provincial pour le financement accordé au projet, ainsi qu’à la communauté d’affaires locale pour son soutien.

    J’inclus les membres du conseil d’administration du Centre et son président, Steve West, également président de Nordion, ici même à Kanata.

    Je suis impatient de voir évoluer cette initiative tout au long de l’année.

    Si nous continuons de faire croître notre économie, nous devons toutefois nous assurer que la ville et ses infrastructures peuvent soutenir cette croissance.

    C’est pourquoi nous avons investi un montant record dans nos infrastructures avec le programme « Ottawa va de l’avant ».

    Je suis convaincu que ses effets se font sentir ici même, dans l’ouest de la ville.

    Ce programme nous a permis d’investir 340 millions de dollars dans les routes, les trottoirs, les voies cyclables, le réseau d’égouts et les conduites d’eau principales.

    Un tel investissement a entraîné de nombreux travaux de construction qui, j’en conviens, peuvent parfois devenir frustrants.

    Cependant, c’est un sacrifice à court terme en vue d’un bénéfice à long terme.

    Nous avons amélioré les voies suivantes :

    – L’avenue Carling;

    – Le chemin Baseline;

    – L’avenue Woodroffe;

    – Le chemin Richmond.

    Nous avons réaménagé des voies comme

    – la promenade Huntmar;

    – la promenade Bayshore;

    – le chemin Eagleson.

    Nous avons aussi terminé l’aménagement d’un grand nombre de trottoirs, de ponts, de voies cyclables et de conduites d’eau principales.

    Ces travaux nous permettront de mettre à niveau nos infrastructures et notre réseau complet de transport avant l’ouverture de la Ligne de la Confédération.

    Les travaux avancent rapidement pour la Ligne de la Confédération – un projet qui transformera la façon de se déplacer dans notre ville.

    Ce projet est important pour Ottawa sur bien des plans – sur le plan économique… sur le plan de la congestion routière… sur le plan touristique.

    Je mentionne ici le tourisme parce qu’Ottawa se prépare actuellement à tenir l’un des plus importants événements de son histoire : le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

    Notre Groupe de travail pour 2017 a redoublé d’ardeur pour veiller à ce qu’Ottawa soit LE lieu par excellence pour célébrer le 150e anniversaire du Canada.

    Nous nous attendons à une augmentation du tourisme de l’ordre de 20 % en 2017.

    Une augmentation du nombre de visiteurs de 1,7 million représente un important coup de pouce pour les secteurs de l’hébergement et de la vente au détail.

    Cependant, Ottawa, c’est bien plus que la colline du Parlement, et notre vision s’étend bien au-delà des limites du centre-ville.

    Des activités sont planifiées partout dans la ville au cours de l’année, qu’il s’agisse d’événements internationaux, de fêtes communautaires ou d’initiatives patrimoniales qui laisseront une empreinte positive permanente pour les collectivités.

    Notre plus récente annonce est un très bon exemple.

    J’ai annoncé en novembre qu’Ottawa accueillerait l’édition 2017 des Prix canadiens du jeu vidéo.

    En plus du gala pour la remise de prix, qui se déroulera au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, nous souhaitons organiser une compétition de jeux vidéo qui plongera les résidents des quatre coins de la ville dans une expérience interactive.

    Les demi-finales et la finale seront même diffusées sur le mur extérieur de plusieurs grands édifices de la ville.

    Il s’agit à mon avis d’un concept novateur, sûr de plaire à nos jeunes.

    Cet événement de cinq à sept jours injectera plus d’un million de dollars dans notre économie locale.

    Mais il fera bien plus.

    Il montrera aux familles canadiennes qu’Ottawa est une ville jeune et dynamique, en plus d’être un centre d’excellence en développement de logiciels.

    Vous entendrez encore plus d’annonces comme celle-ci dans l’année qui vient.

    Alors, restez bien à l’affût…

    Nous avons consulté des centaines d’organismes et de leaders de la collectivité sur le type d’activités qui feront des festivités de 2017 un événement marquant pour toute une génération.

    Nous discutons en ce moment avec nos partenaires des gouvernements fédéral et provincial ainsi que du secteur privé pour assurer le financement et régler les derniers détails de plusieurs projets qui feront l’objet d’annonces importantes.

    Si tout se concrétise, j’ai l’impression que beaucoup d’Ottaviens choisiront de passer leurs vacances à la maison en 2017.

    Il y aura tant à faire et à voir.

    Le décompte pour 2017 est commencé et il ne reste que 23 mois; il est temps pour vous d’élaborer votre stratégie pour que votre entreprise et votre quartier profitent de ce vent favorable.

    Aussi, n’hésitez pas à nous faire part de toute activité que votre secteur aimerait amener à Ottawa.

    Informez-nous par courriel à ottawa2017-arobas-ottawa-point-c-a.

    Ensemble, invitons le monde à vivre Ottawa comme jamais auparavant et à célébrer le 150e anniversaire du Canada comme nulle part ailleurs.

    Nous veillerons à ce que les célébrations aient des avantages durables pour la ville.

    Sans aucun doute, il s’agit d’une époque rêvée pour vivre à Ottawa.

    Les prochaines années, y compris 2015, sont plutôt prometteuses – la Ligne de la Confédération, les célébrations de 2017, le Centre d’innovation, la Coupe du Monde féminine de la FIFA et le soutien accru offert à nos entreprises et entrepreneurs locaux.

    Notre ville est en pleine croissance, comme vous le savez si bien ici dans l’ouest.

    Avec cette croissance vient la nécessité d’offrir des services fiables et de bonne qualité partout dans la ville; mes collègues du Conseil et moi-même, en tant que maire, sommes honorés d’être au service d’une si merveilleuse collectivité durant cette période d’effervescence.

    Les résidents ont été clairs lors de l’élection: ils souhaitent avoir un Conseil qui sait collaborer pour trouver des solutions créatives aux défis que nous rencontrons.

    Nous avons bien réussi à le faire au cours du dernier mandat, et nous continuerons sur cette lancée.

    Pour terminer, j’aimerais vous remercier – vous, les hommes et les femmes qui forment la communauté d’affaires de l’ouest d’Ottawa – pour vos innombrables heures de travail et pour les risques que vous prenez chaque jour afin de faire évoluer votre entreprise, ainsi que pour les emplois que vous offrez à des centaines de résidents.

    Je vous souhaite le meilleur pour l’année 2015, et je serai heureux de répondre à toutes vos questions.

    Merci