• Christo Bilukidi reçoit le Prix de bâtisseur de la Ville décerné par le maire

    Ottawa – Le maire Jim Watson, le conseiller du quartier Gloucester-Sud-Nepean, Michael Qaqish, ainsi que le conseiller du quartier Alta Vista, ont remis le Prix du bâtisseur de la Ville à Christo Bilukidi aujourd’hui, lors de la réunion du Conseil municipal.

    Christo Bilukidi est né en Angola et a vécu en France ainsi qu’au Brésil avant que sa famille s’installe à Ottawa. Il a étudié à Georgia State University sur une bourse et a joué pour leur équipe de football, et plus tard a joué dans la Ligue nationale de football pour les Raiders d’Oakland, Cincinnati Bengals et les Ravens de Baltimore Lorsque le joueur de ligne défensive de six pieds cinq pouces et de plus de 300 livres a quitté la Ligue nationale de football en août dernier après quatre saisons, il ne voulait que rentrer à la maison, où il savait qu’il pourrait trouver le bonheur à la fois dans son cœur et dans sa tête.

    Il y a quelques mois, Bilukidi est devenu ambassadeur auprès de la Société de logement communautaire d’Ottawa (SLCO) et son rôle le réjouit, car il est important pour lui de s’impliquer dans la communauté. Dans son travail auprès de la Société, il a une influence sur les jeunes – ce qui rend sa mère Juliana fière, mais qui est également important pour lui. Il dirige maintenant un camp d’été pour les jeunes de la SLCO avec l’aide du Rouge et Noir d’Ottawa de la Ligne canadienne de football.

    Sa passion pour la mode l’a non seulement amené à créer une entreprise avec sa propre gamme de vêtements pour hommes (Idlewood Bespoke), mais lui permet également de redonner à la communauté en participant aux camps artistiques de la SLCO, où il a l’occasion de discuter de mode et d’entrepreneuriat avec des jeunes de tous les ages.

    Il explique aux jeunes que le fait de vivre dans un quartier défavorisé ne signifie pas qu’ils ne réussiront pas dans la vie. Les échanges entre Bilukidi et les jeunes vont beaucoup plus loin que le football; Christo est là pour parler de tout ce qui peut leur traverser l’esprit et, comme il le dit si bien, il est heureux d’être revenu chez lui.